Cette image est destinée à un public majeur.

J'ai plus de 18 ans

Burne out (réservé à un public averti)

À propos

Un vent de panique souffle sur la start-up nation ! Voilà que le first minister, Daniel Poutrenbois, est pris dans une chipstor, shwimstrom, schtrim... bref, une bonne grosse tornade de merde. La presse a révélé au grand jour son kiff pour le porno hentai bien nasty et ça, c'est le genre de bad buzz qui impacte grave le gouvernement. Malgré ses apologizes appuyées, la réputation du fonctionnaire est down. Face à la pression médiatique, et bien que Daniel soit méga corporate, son manager, euh, le président de la République, l'invite à se mettre en remote lors d'un debrief : Daniel fait un méga burn out !
Histoire de se faire oublier asap et se focusser sur sa petite famille, l'homme d'état se droppe dans le deep south of France, direction le camping naturiste de la Grande Raie. Pour rematcher avec ses proches en mode win-win, Daniel va comprendre que la roadmap de l'amour est toujours pavée de sentiments intenses, complexes et parfois confusants. C'est qu'entre la volonté d'aimer l'autre tel qu'il est avec ses défauts, ses imperfections, ses qualités et ses convictions, la bienveillance n'est pas toujours easy.
Pour son troisième opus dans la collection BD-CUL, Vivès disrupte le sexe avec une politrique friction hyper attractive qui merge le fond sans postponer les bords !

Categories : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Public averti (érotique, hyper violence…)

  • Authors

    Bastien Vivès

  • Publisher

    Le Monte En L'air

  • Publication date

    19/08/2022

  • Collection

    Bd Cul

  • EAN

    9791092775501

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    18.1 cm

  • Largeur

    13.1 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    158 g

  • Lectorat

    + de 18 ans

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Bastien Vivès

Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée.
Tout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne. Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006.
« Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation.
En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus.
Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ».
Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération.

empty