Nouveaux poèmes 1930-1934

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Nouveaux poèmes 1930-1934

Traduction Christiane Pighetti  - Langue d'origine : Russe

Liste

C'est sur le plateau d'Arménie qu'Ossip Mandelstam commence à rédiger ces Nouveaux poèmes, qui recouvrent la période vagabonde du poète. L'exil lui redonne courage dans les mots, dont il manie avec dextérité le chant. Ce recueil exprime au mieux son désir d'une langue universelle: le russe est relié sous sa plume à une atmosphère hellénistique mais aussi aux poètes persans qu'il lit en traduction française, aux auteurs allemands et à Dante. D'une grande spontanéité, ces poèmes allient le pouvoir du mot, considéré comme une forme autonome, et sa capacité, marié à d'autres, à égréner des images fortes et lumineuses. Outre des allusions éparses à la vie quotidienne, ils fourmillent de sous-entendus politiques et religieux. Ils sont des miroirs à visage double.

Poche - 6.50 €

En stock dans 126 librairies Choisir ma librairie

Autres informations

  • EAN 9791030408928
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 144 Pages
  • Longueur 17 cm
  • Largeur 10 cm

Rayon(s) : Littérature générale > Poésie


Biographie

Ossip Mandelstam - 15/01/1891-27/12/1938 (Mort il y a 80 ans à l'âge de 47 ans) Russie http://fr.wikipedia.org/wiki/Ossip_Mandelstam
Le poète russe Ossip Mandelstam (1891-1938), fils d'un commerçant juif, est un insoumis. Son premier recueil de poésies, La Pierre, rencontre un vif succès dès sa parution en 1913. Il cofonde l'école « acméiste » qui, entre autres, considère que le mot est constitutif de la forme. Il s'oppose en cela aux symbolistes français et russes. Quand la révolution éclate, il entre au ministère de la Culture et collabore avec Lounatcharsky. Or, quand la terreur stalinienne se répand, il devient un perpétuel exilé. En 1934, il publie un poème satirique sur Staline. L'intervention de Boukharine et de Pasternak le sauve alors de la déportation. Mais, en 1937, il est de nouveau arrêté et meurt l'année suivante dans un camp près de Vladivostok. Pasternak lui a envié sa liberté quand d'autres sont restés marqués par son âme d'enfant et ses célèbres fous rires.

empty