Petit traité de bénévolence ; pour en finir avec les bons sentiments (mais pas avec l'amour)
 / 

Petit traité de bénévolence ; pour en finir avec les bons sentiments (mais pas avec l'amour)

Résumé

Un essai remarquablement écrit et argumenté qui réintroduit la notion de bénévolence (vouloir le bien d'autrui avec la volonté de le rendre heureux), bien plus forte et dynamique que le mot édulcoré de bienveillance. Une promenade philosophique, littéraire et spirituelle qui donne à penser et incite à agir autrement. Là où la bienveillance n'est plus aujourd'hui qu'une coquille vide, un mot vidé de sa substance, Patrick Tudoret a pour propos de faire redécouvrir l'ancienne notion de bénévolence qui fut si chère à Descartes : vouloir le bien d'autrui avec la volonté de le rendre heureux. La bénévolence constitue donc une des formes les plus exigeantes, les plus durables, les plus puissantes de l'amour. Un socle sur lequel rebâtir un peu notre monde déboussolé, privé de sens, où l'individu est souvent trop plein de lui-même et pour qui l'Autre n'a même plus d'existence. Redonner le droit de cité à la bénévolence permettrait de fonder autrement nos relations avec les autres, dans la sphère privée comme dans la cité.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9791021028074
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 208 Pages
  • Longueur 19 cm
  • Largeur 12 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 202 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Patrick Tudoret

Patrick Tudoret est l'auteur d'une quinzaine de livres - romans, essais, récits, pièces de théâtre -, publiés notamment aux Éditions de La Table Ronde et chez Grasset. Docteur en science politique de l'Université Paris I Sorbonne, il est également chercheur en sociologie, anthropologie et consultant auprès d'institutions comme la Commission Européenne. Plusieurs de ses pièces ont été jouées à Paris et en province. Il a collaboré à de nombreux journaux et magazines et donne aujourd'hui des chroniques au journal La Montagne. Il produit et co-anime également l'émission de débats de société et littéraires « Tambour battant », diffusée le vendredi soir sur la chaîne 31 de la TNT. Il a été élu membre du jury du Grand Prix de la Critique Littéraire en 2011. Lauréat des Prix de la Recherche de l'INA, son essai L'Ecrivain sacrifié, vie et mort de l'émission littéraire lui a également valu le Grand Prix de la Critique Littéraire et le prix Charles Oulmont de la Fondation de France. Son dernier roman, L'Homme qui fuyait le Nobel, paru à l'automne 2015 aux Éditions Grasset, a reçu le Prix Claude Farrère 2016.

empty