L'art d'ignorer les pauvres L'art d'ignorer les pauvres
L'art d'ignorer les pauvres L'art d'ignorer les pauvres
 / 

À propos

Un texte brillant et passionnant de Galbraith, considéré comme l'un des plus grands économistes du 20eme siècle, mort en 2006, qui montre comment toute société cherche à ignorer ses pauvres. Aujourd'hui, à travers un capitalisme financier outrancier qui privilégie la rente au détriment des pauvres et du travail. Un texte promis à devenir un grand classique. Par l'auteur de livres célèbres : Le Nouvel Etat industriel, Les mensonges de l'économie. Puis le texte de Laurent Cordonnier : Alors que s'ouvre une nouvelle campagne présidentielle, le niveau de vie des catégories populaires continue à se dégrader, en particulier à cause du coût du logement. Et quand le chômage recule, cela tient pour beaucoup à l'importance des classes d'âge qui partent à la retraite, à la généralisation des stages et contrats sous-payés, enfin à la rigueur punitive de l'indemnisation des chômeurs. On ne présente plus le texte de Swift, qui dans un récit satirique, explique que la meilleure façon de régler le problème des pauvres, est de les manger.

Categories : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782918597353

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    70 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    73 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jonathan Swift

Jonathan Swift ne fut pas uniquement l'auteur mondialement connu des Voyages de Gulliver. Né en 1667 à Dublin, il fut tour à tour secrétaire d'un diplomate, docteur, doyen de la cathédrale de Saint Patrick de Dublin, précepteur d'une jeune fille, Esther Johnson, à qui il adressa le Journal à Stella... Avec ses amis John Gay, Alexander Pope, lord Bolingbroke et John Arbuthnot, l'écrivain irlandais fonde « le Scriblerus Club », attelé à vilipender la société de l'époque sous la forme de pamphlets, publiés sous le pseudonyme de Martin Scriblerus. Engagé dans les luttes littéraires, religieuses et politiques de son temps, Swift est satiriste à la mesure de sa misanthropie. Isolement qui ne l'empêche pas d'entretenir une profonde amitié avec d'éminents esprits de l'Angleterre du XVIIIe siècle, révélée dans sa Correspondance avec le Scriblerus Club (Allia, 2005). Il meurt en 1745 à Dublin.

empty