À propos

Le christianisme est-il responsable de la crise écologique ?
Dans un article fondateur de 1967, l'historien Lynn White Junior dénonçait le christianisme comme l'origine de notre « anthropocentrisme » congénital : ce trait culturel occidental par lequel nous séparons l'univers deux catégories, l'humain et le naturel, pour nous placer au centre.
Dans Genèse, le chef de file de l'éthique environnementale John Baird Callicott revient sur la force et l'influence de cette idée de White, pour en questionner ensuite la pertinence, jusqu'à une relecture du péché originel. La chute, loin d'être la punition d'un péché de chair, serait la conséquence d'un accaparement par l'homme du monde naturel. Le péché originel est un péché d'anthropocentrisme ;
Et le christianisme, du fond des âges, fait écho à notre situation actuelle.
Ce court texte, abordable et lumineux, constitue l'un des sommets de l'oeuvre abondante de Callicott, et touche ici à son intuition la plus profonde, en proposant une réconciliation de nos racines culturelles avec l'enjeu contemporain de la crise écologique.
Avec Genèse, Callicott répond par le haut à la suspicion qui règne autour de la question de la religiosité de l'écologie : au final, l'enjeu posé par la crise écologique touche bien aux racines mêmes de notre identité culturelle - à l'idée que nous nous faisons de la nature, de l'esprit et de nous-mêmes.



Categories : Religion & Esotérisme > Christianisme > Christianisme généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur le christianisme

  • EAN

    9782918490029

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    110 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

John Baird Callicott

JOHN BAIRD CALLICOTT, né en 1941, dirige le département
de philosophie de l'université North Texas. Président de la
Société internationale d'éthique environnementale, il a donné
le premier cours d'éthique environnementale en 1971. Dans le
sillage d'Aldo Leopold, il est reconnu comme l'une des principales
figures de la philosophie de l'écologie.

empty