Le miroir automate
 / 

Le miroir automate

À propos

Lorsque les hommes inventèrent le levier pour mieux soulever et déplacer des fardeaux, on ne sait s'ils le firent en imitant et prolongeant leur bras.
Toutefois certains philosophes virent dans les machines des images de notre propre corps et puisèrent dans ce reflet mécanique de nous-mêmes des théories anthropologiques. Le Traité de l'Homme de Descartes, plus explicitement L'Homme Machine de La Mettrie, témoignent de cet effort pour comprendre l'homme à partir de ces réalisations conçues comme un prolongement et un reflet de lui-même. Aujourd'hui, l'ordinateur qui a gagné tous les secteurs de l'activité humaine ne prolonge plus le corps, mais l'esprit.
S'il est plus efficace que nous dans nombre de tâches relevant de l'activité intellectuelle, peut-on poursuivre, pour l'esprit, l'analogie machinique que Descartes développait pour le corps ? Dès la naissance des premiers ordinateurs, ceux mêmes qui avaient présidé à leur conception, Turing, von Neumann, ont posé la question de savoir si une machine pouvait penser La réponse, si elle n'est pas radicalement négative, aussi nuancée soit-elle, autorise la poursuite de cette philosophie de l'analogie.
Au-delà des craintes que peut susciter l'idée d'une machine pensante, au-delà aussi du mythe de l'automate ou de celui du Golem, il s'agit dans cet ouvrage d'engager une réflexion pour, à la fois, mieux déterminer ce que le reflet informatique de notre esprit peut nous apprendre sur nous-mêmes et tracer les nouvelles limites qui séparent l'homme de la machine qu'il a construite.

Categories : Sciences humaines & sociales > Philosophie

  • EAN

    9782876732049

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15.8 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

Infos supplémentaires : Broché  

empty