Blonde comme l'or ; la chevelure féminine au Moyen-âge

About

Métonymie du corps, la chevelure concentre l'essence de la féminité.
Qu'elle soit voilée, tressée, fleurie, ornée ou courte, la chevelure reste entachée de sa ressemblance avec la crinière et suscite une peur ancestrale. C'est l'attribut féminin sur lequel le poète médiéval aime à s'attarder, qu'il en condamne la blanche décrépitude, la maligne rousseur, l'inquiétante noirceur, le répugnant hirsutisme ou, plus souvent, qu'il en vante la beauté. Cette étude de plus de trois cents oeuvres du XIe au XVe siècle - romanesques, théâtrales, lyriques, hagiographiques ou satiriques - permet de mettre en évidence une grammaire des stéréotypes relatifs à la chevelure féminine.
Du long cheveu d'Iseut qui lance la quête de Tristan au fil d'or de Soredamour, en passant par l'adoration d'une poignée de cheveux par Lancelot, les stéréotypes participent à la production du texte. C'est donc la question du mode d'engendrement de l'écriture médiévale qui est ici posée.


Categories : Littérature > Littérature argumentative > Essai littéraire


  • Authors

    Myriam Rolland-perrin

  • Publisher

    Pu De Provence

  • Distributeur

    Dilisco

  • Publication date

    09/04/2010

  • Collection

    Senefiance

  • EAN

    9782853997348

  • Availablity

    Not available

  • Nombre de pages

    363 Pages

  • Height

    20.7 cm

  • Width

    14.7 cm

  • Thickness

    2 cm

  • Poids

    468 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty