Têtes rondes et têtes pointues

Traduction ELOI RECOING  - Langue d'origine : ALLEMAND

À propos

Initialement, Brecht a voulu adapter Mesure pour mesure. Mais nous sommes au début des années trente et le danger du fascisme devient de jour en jour plus menaçant. Au cours de son travail, il transforme donc la pièce de Shakespeare en une parabole qui n'est rien d'autre qu'une attaque en règle contre les idées racistes que propageait le parti national-socialiste dirigé par Hitler. Les riches Têtes rondes qui tiennent le pouvoir dans un pays qui s'appelle Yahoo, fraternisent, in fine, avec les riches Têtes pointues pour faire pendre les pauvres des deux races.
Brecht donne comme explication du malheur le capitalisme. Mais serait-il la seule cause des persécutions raciales ? Quoi qu'il en soit, il se pourrait que la pièce soit aujourd'hui mieux entendue et appréciée à sa juste valeur que du vivant de Brecht.



Categories : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782851817433

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    18.6 cm

  • Largeur

    11.6 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    150 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Bertolt Brecht

Né le 10 février 1898 à Augsbourg. Dès 1917, il étudie la médecine et la littérature, commence à écrire ses premières pièces mais est mobilisé comme infirmier en 1918. En 1924, il s'installe à Berlin où il est dramaturge au Deutsches Theater de Max Reinhardt et rencontre l'actrice Hélène Weigel. En 1928, il découvre l'½uvre de Marx et se met à l'élaboration de la théorie du théâtre épique. Après la prise du pouvoir par Hitler, Bertolt Brecht décide de s'exiler, et parcourt l'Europe. Entre 1940 et 1945, il s'installe à Santa Monica près de Hollywood, aux États-Unis où il réalise des travaux cinématographiques avec Fritz Lang. En 1948, il rentre à Berlin-Est et fonde avec Hélène Weigel le Berliner Ensemble. Bertolt Brecht meurt le 14 août 1956 à Berlin.

empty