Le marché de l'art

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Le marché de l'art

Traduction MANUELA GHERGHEL  - Langue d'origine : TCHEQUE

La commercialisation de l'art témoigne du mépris que la bourgeoisie montre à l'égard des valeurs spirituelles, tant que celles-ci ne produisent pas d'argent. Les seuls critères et d'ailleurs les plus convaincants pour juger de nos jours de la qualité de l'art sont : le nombre d'exemplaires vendus d'un livre, les prix aux enchères, les offres des amateurs et des collectionneurs, les places remplies au théâtre et d'autres critères analogues, d'ordre quantitatif et pécuniaire. la critique cède la place à la publicité, la chronique dans les journaux se transforme en annonce commerciale ou peu s'en faut, la spéculation habile du trafiquant se substitue à l'appréciation spirituelle des valeurs artistiques.

  • EAN 9782844850348
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 128 Pages
  • Longueur 17 cm
  • Largeur 10 cm

Rayon(s) : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

Karel Teige

Né à Prague en 1900, Karel Teige est l'enfant terrible de l'avant-garde moderniste tchèque. Durant des études d'histoire de l'art, il s'exerce à une peinture cubiste mâtinée d'expressionnisme et s'intéresse à l'art du livre. Mais c'est au titre de théoricien d'art qu'il devient le maître à penser de l'avant-garde tchèque dans l'entre-deux-guerres. En 1920, il est l'un des quatorze signataires de la déclaration qui fonde le groupe Devetsil. Trois ans plus tard, il crée avec le poète Vitezslav Nezval le poétisme, célébration égalitaire, érotique et ludique de la beauté du monde moderne, synthèse hédoniste de différents mouvements progressistes. De 1928 à 1931, il fonde sa propre revue, ReD - abréviation de Revue de Devetsil -, qui devient une tribune du constructivisme international. Infatigable voyageur, il succombera à un infarctus en 1951.

Broché
empty