Les lions d'Al-Rassan Les lions d'Al-Rassan
Les lions d'Al-Rassan
Les lions d'Al-Rassan
 / 

Les lions d'Al-Rassan

Traduction ELISABETH VONARBURG  - Langue d'origine : ANGLAIS (CANADA)

À propos

L'empire d'Al-Rassan a fait de ses conquérants asharites, venus des sables du désert, un peuple d'artistes et de savants ; l'assassinat du dernier calife a entraîné son éclatement en cités-États rivales. Seul peut-être le roi Almalik de Cartada saura lui rendre sa puissance et son unité, avec le soutien du légendaire Ammar ibn Khairan, poète, diplomate et soldat.
Car une autre menace pèse sur l'Al-Rassan, celle des royaumes jaddites du nord de la péninsule, divisés, certes, mais avides de reconquérir le pays dont ils s'estiment dépossédés. Rodrigo Belmonte est le plus prestigieux de leurs chefs de guerre.
C'est dans l'exquise cité de Ragosa que se rencontreront Ammar et Rodrigo, pour un temps exilés au service du même monarque. Entre eux, la figure exceptionnelle de Jehane bet Ishake, fille du peuple Kindath et brillant médecin.

Guy Gavriel Kay crée des mondes imaginaires librement inspirés de l'histoire médiévale. Les Lions d'Al-Rassan trouve son origine dans l'Espagne du Cid et de la Reconquista, après la chute du califat de Cordoue au XIe siècle.

Fantasy épique, roman d'aventures humaines et politiques à l'échelle d'un monde, ce livre porte l'oeuvre romanesque de l'auteur au plus haut de sa quête ambitieuse.



Categories : Fantasy & Science-fiction > Fantasy > Fantasy historique

  • EAN

    9782841728237

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    582 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    14.7 cm

  • Épaisseur

    4.4 cm

  • Poids

    734 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Guy Gavriel Kay

  • Naissance : 1-1-1954
  • Age : 67 ans
  • Pays : Canada
  • Langue : Anglais

Kay est à la fantasy historique ce que Pratchett est à la fantasy burlesque. Quand Pratchett écrit le premier volume de ce
qui deviendra Le Disque-monde, son projet est de prendre le contre-pied de la « mauvaise » fantasy publiée au début des an-
nées 80 à coups de seigneurs noirs et autre décorum du genre (cf. Lapsus clavis, Un scribouillard importun, p. 69) ; de même,
G. G. Kay met sa plume et sa soif de culture au service d'une forme qu'il veut sortir de l'« ornière ». Le Disque-monde se
nourrit de culture populaire (folklore, sciences et techniques qui changent le quotidien) et dresse au fur et à mesure une vie
de la Cité ; dans les livres de Kay, la « grande » Histoire est convoquée, les arts sont à leur sommet, les individus se dépassent,
les émotions et les sacrifices sont grandioses.

empty