Le petit livre de la vie après la mort ; Histoire de la maladie (Traduction conjointe : Annick Yaiche et Claude Rabant)

Traduit de l'ALLEMAND par MICHELE OUERD

About

«Sur terre, la vie d'un homme ne se déroule pas en une seule phase, mais en trois. La première est un sommeil constant, la deuxième alterne entre sommeil et veille, la troisième est un éveil éternel. Le passage de la première à la deuxième phase s'appelle naissance ; le passage de la deuxième à la troisième phase s'appelle mort. L'un nous conduit à la contemplation extérieure du monde, l'autre à sa contemplation intérieure.» Le petit livre de la vie après la mort se concentre sur cette troisième phase où la mémoire des morts perdure dans la vie terrestre, si bien que rien de ce qui a été ne sera perdu. Histoire de la maladie décrit dans les moindres détails la photophobie de Fechner, inaugurant la 'méthode clinique' dont la psychanalyse s'est fortement inspiré.


Categories : Sciences humaines & sociales > Psychologie / Psychanalyse > Psychologie branches et domaines > Psychophysiologie


  • Authors

    Gustav Theodor Fechner

  • Traducteur

    MICHELE OUERD

  • Publisher

    Eclat

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Publication date

    05/01/2024

  • Collection

    Eclats

  • EAN

    9782841626847

  • Availablity

    Available

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Height

    15.5 cm

  • Width

    10 cm

  • Thickness

    1.1 cm

  • Poids

    94 g

  • Support principal

    Poche

Gustav Theodor Fechner

  • Naissance : 1-1-1801
  • Décès :1-1-1887 (Mort il y a 137 ans à l'âge de 86 ans)
  • Country : Allemagne
  • Language : Allemand

De Gustav Theodor Fechner (1801-1887), père de la psychophysique, qui
étudiait les relations entre les événements physiques et les phénomènes psychiques,
L'éclat a également publié: Nanna, ou la vie psychique des plantes et Le petit livre de la
vie après la mort, qui constituent avec cette Anatomie comparée des Anges, un triptyque
poético-scientifique, dont l'humour métaphysique n'a pas échappé au père du Père Ubu,
Alfred Jarry, pas plus qu'au grand savant que fut Henry Corbin.

empty