Lumière de l'intellect

Traduit du HEBREU par MICHAEL SEBBAN

About

Dans l'océan textuel et conceptuel de la tradition cabalistique, la figure d'Abraham Aboulafia surgit, portée par une biographie en forme d'auto­biographie qui étonne autant qu'elle fascine. Né à Saragosse en 1240 de l'ère commune, Abraham ben Samuel Aboulafia rend compte dans ses ouvrages de ses pérégrinations méditerranéennes qui le porteront jusqu'aux remparts de Saint-Jean d'Acre à la recherche du fleuve Sambatyon.
Mais, dans le parcours de cette vie vagabonde entre la Grèce et l'Italie, Byzance et l'Espagne, l'événement sans précédent qui marquera les esprits et la chronique, c'est la non-rencontre avec le pape Nicolas III en 1280. Les visions qu'il décrit alors, la mission messianique dont il se dit porteur, la mort soudaine du pontife au moment de l'arrivée d'Aboulafia à Rome, son emprisonnement, puis sa libération qui signe le début d'années fructueuses en Sicile, où disciples et détracteurs se succèdent, enfin son excommunication et sa disparition mystérieuse sur la petite île de Comino dans l'archipel maltais - tout cela scelle à jamais un destin hors du commun dans le ciel de la pensée juive.
Lumière de l'intellect ('Or ha-Sekhel), écrit à Messine vers 1283, édité, traduit et annoté ici à partir de trois de ses plus importants manuscrits, est sans doute l'oeuvre la plus complexe et complète d'Aboulafia. "Il est indispensable de ­publier ... tous les livres d'Abraham Aboulafia, la personnalité la plus importante parmi les cabalistes qui nous sont connus à ce jour. Il faut en tout cas commencer par ...
Le 'Or ha-Sekhel. ".


Sommaire

Première partie : La clôture des brèches.
1. Â, dont le signe est A la clôture de toute brèche.
2. B¯, dont le signe est B la quiddité de l'utilité de la clôture.
3. G, dont le signe est Rah la nécessaire existence de l'utilité.
4. D, dont le signe est A la signification de la nécessité de ce qui est utile.
5. H, dont le signe est M la perte due à l'absence de clôture.

Deuxième partie : L'ensemble des commandements.
6. W dont le signe est Se le principe de tous les commandements.
7. Z dont le signe est Pha la quiddité de l'utilité des commandements.
8. cH, dont le signe est R la nécessaire existence de son utilité.
9. T, dont le signe est Di la signification de la nécessité en général.
10. Y, dont le signe est T la perte due à l'absence du commandement.

Troisième partie : Le secret de la langue sainte.
11. Kâp¯h, dont le signe est Be les mystères des langues.
12. Lâmèd¯, dont le signe est N le secret de la meilleure d'entre elles.
13. M, dont le signe est Sh la création de l'homme.
14. N, dont le signe est M les vingt-deux lettres par lesquelles il a été formé.
15. S, dont le signe est U leur division en trois parties primordiales.
16. A, dont le signe est E le nombre les contenant et un peu de leurs mystères.
17. P, dont le signe est L leur partition en parties équivalentes.

Cinquième partie : Les trois du discours.
18. tS, dont le signe est A le secret des Noms.
19. Q, dont le signe est B les actions.
20. R, dont le signe est Ou les voies des mots.

Sixième partie : L'Unification du Nom.
21. Sh, dont le signe est A les lettres du Nom Unique.
22. T dont le signe est L leur enseignement.

Septième partie : L'inversion des lettres.
23. T, dont le signe est A la Fonte des lettres.
24. Sh, dont le signe est Ph la Substitution des lettres.
25. R¯, dont le signe est I la Pesée des lettres.
26. Q, dont le signe est A la Guématrie, la Notarique...

Huitième partie : Le secret de la prononciation du Nom.
27. H, dont le signe est Ze la mention du Nom avec ses points-voyelles.
28. W, dont le signe est Khe le mystère des points-voyelles.
29. H, dont le signe est R l'association de la lettre et de la vocalisation.

La neuvième partie : Le secret de l'interdit et du permis.
30. W, dont le signe est Tsa l'attache des forces dans le Nom.
31. H, dont le signe est D la quantité des Noms par lesquels on attache...
32. Y, dont le signe est I la qualité de l'attache et du déliement.
33. H, dont le signe est Q l'utilité d'attacher et de délier.
Dixième partie : La forme de la prophétie.
34. W, dont le signe est Lel'appréhension de l'Intellect.
35. Y, dont le signe est B la forme de son appréhension.
36. H, dont le signe est Ra la description générale de Sa parole...
37. Y, dont le signe est Kh la différence entre ceux qui appréhendent et...
38. H, dont le signe est A la représentation nécessaire de l'influx...

L'ensemble des chapitres composent l'acrostiche : Abraham Sephardi Ben Samuel Abou Al Afia Zekher Lebrakha (Abraham l'Espagnol fils de Samuel Abou Al Afia (père de la flamme) que son souvenir soit béni.
Flamme) que son souvenir soit béni

Categories : Religion & Esotérisme > Judaïsme


  • Authors

    Abraham R. Aboulafia

  • Traducteur

    MICHAEL SEBBAN

  • Publisher

    Eclat

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Publication date

    07/01/2021

  • Collection

    Philosophie Imaginaire

  • EAN

    9782841624713

  • Availablity

    Available

  • Nombre de pages

    300 Pages

  • Height

    23.5 cm

  • Width

    16.7 cm

  • Thickness

    3 cm

  • Poids

    602 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Abraham R. Aboulafia

Abraham Aboulafia (1240-1292?) est un
cabaliste espagnol du 13e siècle. Son oeuvre n'a été
publiée en hébreu que récemment mais ses écrits ont
été recopiés par des générations de disciples. Il en
existe des versions latines lues par Pic de la Mirandole.
Sa vie ne manque pas d'anecdotes dont la plus célèbre
est sa visite au Pape Nicolas pour lui demander de
cesser de persécuter les juifs. Le jour de son arrivée à
Rome, on lui annonce que dans la nuit le pape est mort,
ce qui le sauve du bûcher.

empty