Textes épars ; contes, nouvelles, poèmes, fragments
 / 

Textes épars ; contes, nouvelles, poèmes, fragments

Résumé

René Crevel a publié quatorze livres et plaquettes de son vivant, ainsi qu'une bonne centaine de textes dans de nombreux journaux et revues : des articles sur l'art, sur la littérature, sur le surréalisme, sur la politique, auxquels s'ajoutent une quarantaine de contes, nouvelles, poèmes ou fragments de romans. Après avoir réédités ses quatre premiers ouvrages ainsi que l'ensemble de ses écrits sur l'art, la « Petite Bibliothèque Ombres » publie en un volume la totalité de ses textes littéraires jusqu'ici introuvables ou éparpillés dans diverses anthologies.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782841422104
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 192 Pages
  • Longueur 17 cm
  • Largeur 12 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles > Nouvelles

René Crevel

René Crevel (1900-1935). Dadaïste, surréaliste, communiste, révolutionnaire, homosexuel, toxicomane, tuberculeux, de tous les créateurs de l'entre-deux guerres, René Crevel a sûrement eu la trajectoire la plus rayonnante, la plus exigeante, la plus brûlante qui soit. Après l'aventure dadaïste, il rejoint André Breton et le groupe surréaliste et, bien que très critique à l'égard du mouvement, il en devient l'un de ses acteurs exemplaires. Par la suite, il adhère au Parti communiste et travaille à un rapprochement entre communisme et surréalisme, notamment à l'occasion du Congrès international pour la défense de la culture, mais son échec, s'ajoutant à l'aggravation de sa maladie (une tuberculose rénale) le conduit au suicide. L'ensemble de son ½uvre : Détours (1924), Mon corps et moi (1925), La Mort difficile (1927), Babylone (1927), Êtes-vous fous ? (1929), Les Pieds dans !e plat (1933) définit le récit surréaliste comme un genre refusant les conventions romanesques, mêlant l'obsession autobiographique au désespoir et à la révolte, accordant la création artistique et l'action révolutionnaire par la subversion de l'écriture. Ses attaques radicales contre la société bourgeoise, incarnée par sa mère, se retrouve exaltées dans ses essais polémiques (L'Esprit contre la raison, 1927 ; Le Clavecin de Diderot, 1932) où il revendique la libération du désir, s'efforçant d'articuler le marxisme à la psychanalyse.

empty