La sociologie malgré tout La sociologie malgré tout
La sociologie malgré tout
La sociologie malgré tout
 / 

La sociologie malgré tout

À propos

Si c'est «malgré tout» qu'il faut défendre la sociologie, c'est malgré ce qu'elle est devenue. Bien loin de ses grandes espérances initiales et des splendeurs que nous ont léguées les Durkheim, Weber, Simmel, Mead, Elias, Mauss, etc. Ce que l'on appelle sociologie s'est peu à peu recroquevillé jusqu'à apparaître comme la «science (ou la pseudo science) des restes», la science de ce dont ne parlent ni les philosophes, ni les économistes, ni les historiens, ni les anthropologues, ni les théoriciens de la littérature, etc.
Eclatée en de multiples chapelles théoriques ou idéologiques, privée de colonne vertébrale paradigmatique et institutionnelle, elle ne croit plus pouvoir trouver son unité que dans une référence de plus en plus incantatoire au «terrain» et à l'empirisme, et dans ses querelles infinies sur ce qui fait la bonne méthode ou le bon terrain. La sociologie classique, celle qu'il nous faut faire revivre et actualiser, se présentait tout autrement.
Elle revendiquait hautement une approche empirique de la réalité et le souci d'établir des faits, elle aussi, mais elle n'imaginait pas que ce puisse être accompli hors-théorie et sans enjeux normatifs, c'est-à-dire éthiques et politiques... Dit autrement, elle se vivait comme le lieu et le moment généraliste de la science sociale générale. C'est cette sociologie là, autrement dit la science sociale générale, qui nous fait désormais défaut et qu'on appelle ici à renaître de ses cendres

Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie

  • EAN

    9782840162131

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    372 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    2.1 cm

  • Poids

    540 g

  • Distributeur

    Fmsh

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Alain Caillé

Professeur de sociologie émérite à l'Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, Alain
Caillé est également directeur de La Revue du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste dans les
sciences sociales), revue interdisciplinaire de sciences sociales et de philosophie politique
(La Découverte). Il est par ailleurs l'un des animateurs du Mouvement des convivialistes
(www.lesconvivialistes.org), impulsé par une centaine d'intellectuels bien connus et dans
lequel se reconnaissent de plus en plus de membres de la société civile. Parmi ses derniers
livres : Pour un manifeste du convivialisme, Le Bord de l'eau, 2011 ; L'idée même de
richesse, La Découverte, 2012 ; La Révolution du don. Le management repensé à la lumière
de l'anthropologie (avec Jean-Édouard Grésy), Le Seuil, 2014 ; Anti-utilitarisme et paradigme
du don. Pour quoi ?, Le Bord de l'eau, 2014 ; La sociologie malgré tout. Autres fragments
d'une sociologie générale, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2015 ; Le convivialisme en
dix questions. Un nouvel imaginaire politique, Le Bord de l'eau, 2015.

empty