Une vie en plus ; la longévité, pour quoi faire ?
 / 

Une vie en plus ; la longévité, pour quoi faire ?

Résumé

"C'est un fabuleux cadeau que nous venons de recevoir : une vie en plus ! Quinze à vingt ans de bonus, dus aux récents progrès de la médecine et de la science. Mieux : nous pouvons consommer ce supplément d'existence en pleine forme, comme une seconde adolescence, entre 60 et 75 ans. Bonne nouvelle pour l'individu, mais catastrophe pour la collectivité : la bombe Longévité risque de provoquer une crise sociale et économique sans précédent." Au fil d'un dialogue incisif, les auteurs explorent cette révolution sur trois fronts. Le corps, d'abord : Pourquoi vieillit-on ? Comment l'organisme " rouille-t-il " ? Peut-on retarder l'inéluctable ? L'esprit, ensuite : Quel sens donner à ce nouvel âge ? Quelle attitude adopter face aux autres ? Jusqu'où résister à son destin ? La société, enfin : Est-il légitime que des légions de seniors gorgés de vitalité aient acquis le droit à l'oisiveté ? Quelles conséquences pour les générations futures ? Comment éviter l'explosion ? Ce livre, qui fournit nombre de recettes de vitalité, s'adresse à tous les âges. Il se veut un appel à notre responsabilité individuelle et collective, et un manifeste humaniste pour vivre longtemps en restant bien vivant.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782757802915
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 220 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 140 g
  • Distributeur Interforum

Série : Non précisée

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Ecoles / Courants / Thèmes

François de Closets

Après des études de droit (D.E.S. Droit Public, Histoire du Droit et de science politique, diplômé de Science-Po en 1958), François de CLOSETS est entré comme journaliste à l'Agence France-Presse en 1961. ÿL'année suivante, il part en Algérie comme envoyé spécial pour "couvrir " les événements. À son retour, il se spécialise dans l 'information scientifique et devient l'adjoint de Serge Berg. ÿEn 1964, il prolonge cette activité par une collaboration régulière à Sciences et Avenir. En 1966, Édouard Sablier, Directeur des Actualités Télévisées, fait appel à lui pour assurer l'information scientifique à la télévision. C'est le virage de l'audiovisuel. Mais il continue à écrire dans Sciences et Avenir.ÿÀ la suite des événements de mai 69, il est licencié, collabore à L'Express et entame la rédaction de ses premiers ouvrages. Ce sont tout d'abord deux livres consacrés à l'aventure spatiale: L'Espace Terre des hommes et La Lune est à vendre, en 1969. ÿIl est alors rappelé à la télévision par Pierre Desgraupes et, en 1970, fait paraître En danger de progrès, son premier essai consacré aux problèmes de société. Mais c'est avec Le Bonheur en plus, publié en 1974, qu'il connaît son premier succès d'auteur. L'ouvrage, qui dénonce les illusions de la technique, devient un classique. ÿEn 1977, La France et ses mensonges, qui ouvre un certain nombre de dossiers "tabous", connaît également un grand succès. Tout en poursuivant sa collaboration avec TF1 et à Sciences et Avenir, il assure une émission sur France-Inter, "Les scénarios du futur". Les nouvelles d'anticipation qui servent de base à ces rendez-vous hebdomadaires sont reprises dans les deux tomes des Scénarios du futur, publiés en 1978 et 1979.ÿSa carrière prend alors un nouveau tournant en se déportant de l'information scientifique vers l'information économique. En 1979, il devient coproducteur du magazine économique de TF1, "L'Enjeu". De son expérience télévisée, il tire en 1980 un essai, Le Système EPM.ÿAu printemps 1982, est lancé Toujours plus!, essai consacré au néocorporatisme qui ronge la société française. Le retentissement est considérable: 850.000 exemplaires vendus en édition courante, et autant en édition de poche, qui ouvre un grand débat national sur les inégalités en France. Il lui faudra trois années de travail pour mener à bien le second volet de cette enquête, qui paraît sous le titre Tous ensemble. Il s'agit d'une analyse critique de notre système social, qui paraît en octobre 1985 et obtient le "Prix Aujourd'hui".ÿEn 1987, il lance sur TF1 une nouvelle émission, "Médiations", consacrée aux problèmes de société. ÿFin 1988, il abandonne "L'Enjeu" après une carrière de 10 ans. Entre temps, il a donné des chroniques au Nouvel Observateur, puis à L'Événement du jeudi.ÿEn 1988, il est nommé Président de la Commission "Efficacité de l'État", dans le cadre du commissariat Général au Plan. De ces travaux, sort à l'automne 1989, un rapport intitulé Le Pari de la responsabilité, qui inspire la politique du gouvernement sur le renouveau du service public.ÿEncore un livre, encore un succès. Début mai 1990, parution du livre événement La Grande Manip, dans lequel il démontre que "la manipulation est l'arme du pouvoir pour convaincre des citoyens qu'il ne peut plus contraindre". À peine sorti, cet ouvrage bat déjà des records de vente, et devient un best-seller, véritable guide du citoyen.ÿ9 avril 1992 : sortie de Tant et plus, où il dénonce le gaspillage de l'argent public. Des centaines de milliards de francs jetés par les fenêtres. Alignant faits et chiffres, affaires et histoires, il propose, avec une verve incroyable, le roman du gaspillage, un roman scandaleux, incroyable mais hélas véridique, et dont nous faisons les frais. S'appuyant sur des exemples concrets, sur des preuves irréfutables, il nous révèle la France du gâchis, de la gabegie, du clientélisme. Moins d'une semaine après sa sortie, ce livre s'imposait déjà comme le best-seller de l'année. Un an après, plus de 500.000 exemplaires de l'édition originale sont déjà vendus. Le livre paraît plus tard en livre de poche.ÿJuin 1992, il abandonne "Médiations", alors en plein succès et, en juillet, quitte TF1 pour rejoindre France 2. ÿSeptembre 1992, il entame un nouveau challenge: coproduire, avec Claude Carre, et animer deux magazines: un mensuel consacré à la science, "Les Grandes énigmes de la science", et un bi-mensuel consacré à la santé, "Savoir plus santé", qu'il présente avec Martine Allain-Regnault, le samedi à 13H35.ÿ22 Mars 1996: il publie Le Bonheur d'apprendre et comment on l'assassine.ÿ05 Mai 1998 : il publie Le Compte à rebours.ÿ25 Février 1997: François de Closets reçoit le Prix Roland Dorgelès, récompensant la personnalité de télévision s'exprimant le mieux en français, prix décerné par un jury de 300 écrivains anciens combattants.ÿAimant s'exprimer dans les supports las plus divers, du magazine au livre, de la radio à la télévision, de la grande presse à la presse spécialisée, modifiant ses centres d'intérêt au gré de sa curiosité, des questions scientifiques aux problèmes de société, en passant par l'économie, la communication, la santé et la culture, François de Closets, marié et père de 3 enfants, se veut d'abord un professionnel de l'information, jaloux de son indépendance.

empty