Chico Mandarine t.1 ; seul contre tous

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Chico Mandarine t.1 ; seul contre tous

Liste

Tout commence avec Chico qui rentre de l'école. Il discute avec un camarade : si si, c'est sûr, il veut échanger sa tortue d'eau contre une vache charolaise. Le ton est donné : ce gosse est fou. Cette fois-ci, Jacques Azam s'attaque non pas aux bêtises du quotidien, mais à la sacro-sainte famille. De celles qui semblent « normales », mais qui sont complètement délirantes. Chico notre héros, évolue dans un milieu un peu spécial. D'abord sa soeur : Nina est une monomaniaque du ménage. Pour elle, un seul mot d'ordre : « ne pas salir ». Ce qui n'est pas évident quand la mère scientifique de renom travaille à la maison : la cuisine (transformée en labo) est un fouillis d'alambics, de microscopes, de potions ZE248X et 57$%465 en tout genre ! La mère, justement : elle jongle entre ses inventions (le ramolisseur de cyclones, le vélo polynucléaire sans les petites roues) et sa vie (pas toujours rigolote) de mère de famille : faire manger les enfants, les convaincre d'aller prendre leur bain, les envoyer se promener au lieu de regarder la TV. Le père, quant à lui, n'est jamais là mais omniprésent : il passe son temps à appeler sa petite famille, ce qui donne lieu à des moments délicieux : comme celui où il « garde » ses enfants par téléphone interposé. Sans oublier la vache qui finit par avoir la parole (d'où l'avantage d'une mère scientifique) et qui n'a qu'une angoisse dans la vie : manquer de jus d'orange. Chico Mandarine évolue donc dans ce petit monde et n'est jamais en reste quand il s'agit de faire des bêtises !

  • EAN 9782745915207
  • Disponibilité Épuisé
  • Nombre de pages 45 Pages
  • Longueur 29 cm
  • Largeur 23 cm

Rayon(s) : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Tout public > Humour

Jacques Azam

Jacques Azam est né en 1961 à Carnaux dans le Tarn. Enfant, il feuillette Spirou et Pilote mais aime surtout lire Tintin. Plus tard, ce sont les dessins de Claire Bretecher, de Reiser et de F'murr qui lui donne envie de dessiner. Le petit Jacques Azam est un élève moyen et, après une année de fac en administration économique et sociale, il cesse ses études et commence à dessiner de plus en plus. Il est alors plus intéressé par le dessin humoristique et le dessin de presse que par la bande dessinée. C'est finalement dans la presse et l'édition jeunesse ,qui lui paraît alors bien plus ouverte et plus riche graphiquement, qu'il commence à publier ses dessins. Après 4 ou 5 ans de strips BD dans l'hebdo "Les Clés de l'actualité junior" chez Milan presse et il désire en faire un album. Lorsque Milan s'ouvre à l'édition de bande dessinée, il entre immédiatement dans le cercle des auteurs-phares de la maison avec la parution de "Cultiver la fleur qui pue", "Faxer une andouillette et autres bêtises" ou encore "Zinzin des bois". Il poursuit d'ailleurs encore aujourd'hui la prépublication des histoires de "Chico Mandarine" dans le magazine "Capsule Cosmique". Il croise Lewis Trondheim à quelques reprises avant de lui proposer de travailler avec lui, un soir, dans le métro parisien, en revenant du Salon de Montreuil. Jacques lui propose "Scoops à gogo" pour sa collection Shampooing et ils travaillent le projet ensemble.ÿPour écrire et dessiner ses bandes dessinées, il tire son inspiration des gens qui l'entourent, ses enfants, bien sur, mais aussi les adultes et leurs comportements.ÿIl se dit également influencé par l'humour et l'esprit de cinéastes comme Jaoui et Bacri, et les textes de Pierre Desproges. En BD, Il apprécie le travail de Riad Sattouf, Lewis Trondheim, Sfar et De Crecy. En littérature jeunesse, ses préférences vont au trait vif et inventif de Serge Blochet et à la précision et la fausse simplicité des dessins de Marc Boutavant.ÿJacques Azam varie volontiers les plaisirs. La presse et l'édition jeunesse lui paraissent bien se compléter avec le travail d'auteur de BD. Il est particulièrement enchanté par les nouvelles expériences graphiques. Pour l'instant, il réussit avec succès à mener de front ses différents travaux. Jacques Azam vit aujourd'hui à Toulouse avec son épouse Véronique, son fils Elie, 10 ans, et sa fille Emma, 5 ans.

Bande Dessinées - 9.50 €

En stock dans 1 librairies Choisir ma librairie


empty