/ 

"mes silentes clameurs" ; métaphore et discours amoureux dans Délie de Maurice Scève

À propos

Depuis 1544, Délie, de Maurice Scève, affiche le paradoxe d'un discours amoureux épris de lumière et de vérité, mais cultivant l'obscurité. Pourtant, sa résistance à l'interprétation s'atténue si l'on renonce aux approches obvies (néo-platonisme, pétrarquisme, etc.), que déjoue finement le détail du texte, pour emprunter une voie nouvelle en y étudiant de près l'usage de la métaphore, révélateur privilégié de l'univers de représentation du poète.
Après une définition pragmatique du trope en question, l'enquête montre des enseignements statistiques a priori déconcertants ; c'est ensuite l'univers topique des comparants, exploré sur le double plan de leur thématique et de leur mode d'apparition, qui dessine les pleins et les déliés d'un imaginaire singulier ; les lignes de force, les irrégularités, et même les lacunes, en termes de distribution, de valeur sémantique et d'intertextualité, vont peu à peu faire émerger un " jeu " spécifique de la métaphore, et ses vertus dialectiques.
Matériau essentiel, et non simple ornement, d'un édifice voué aux " silentes clameurs " de l'adoration et du combat, la métaphore scévienne met un système d'identifications au service de la reconquête d'une identité, et dévoile un sujet qui ne concentre l'expression que pour s'épanouir dans l'inscription.



Xavier Bonnier, ancien élève de l'E.N.S. de Fontenay - Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes, est maître de conférences à l'université de Rouen. Ses recherches portent sur la poésie renaissante et la transmission des motifs analogiques de l'Antiquité à l'époque classique

Categories : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Lettres > Méthodologie

  • EAN

    9782745321237

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    640 Pages

  • Longueur

    23.5 cm

  • Largeur

    15.5 cm

  • Poids

    1 120 g

  • Distributeur

    Honore Champion

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Xavier Bonnier

Né à Montpellier au bon vieux temps de Kennedy et Gagarine, Xavier Bonnier a grandi dans un pays de vigne et de garrigue écrasé de soleil, entre Pic Saint-Loup et Grande Bleue ; l'influence de plumes voisines mais foncièrement universalistes aussi diverses que Valéry, Paulhan, Ponge et Brassens, lui a donné le goût de l'écriture sans effusion, plus géométrique et allusive que romantique et expressive ; des études en grande partie parisiennes (ENS Saint-Cloud, beaucoup de Nanterre, une pincée de Sorbonne, agrégation de Lettres), suivies de deux années à Java comme coopérant culturel, puis un premier séjour normand comme professeur de lycée, ont diversifié ses affinités littéraires et artistiques, mais aussi approfondi la tension qu'il avait toujours éprouvée entre transmission et création, production académique et prise de risque, chronique exacte du réel et imaginaire loufoque ou décalé.

empty