Parler de soi sous Staline ; la construction identitaire dans le communisme des années trente
 / 

Parler de soi sous Staline ; la construction identitaire dans le communisme des années trente

, ,

À propos

Contrairement à ce que l'on pense généralement, la société soviétique des années trente n'a pas retenti que de paroles officielles.
De fait, elle a accordé une large place au discours individuel et, plus encore, au discours de soi. Pour encourager cette pratique, elle en a réinventé les formes et aménagé les lieux d'expression : du journal intime à l'autocritique publique, en passant par l'autorapport, l'autobiographie de parti ou encore le journal de production. Inscrites dans les routines administratives de la bureaucratie et du parti soviétiques, ces pratiques permettaient à l'appareil d'État de connaître et de reconnaître ses sujets, remplissant ainsi une fonction d'objectivation.
Cependant, l'acte de parler de soi est ambigu : forme de dévoilement donnée à autrui, il est aussi, selon l'hypothèse de Michel Foucault, un acte de subjectivation. Cette tension conceptuelle s'inscrit au coeur du présent ouvrage. Elle permet de réviser l'interprétation du stalinisme comme un système uniquement coercitif, comme un ensemble de moyens de contrôle et d'interventions arbitraires dans la vie des citoyens, interprétation qui ne tient compte ni de la genèse historique ni de la composante dynamique de tout régime politique, aussi despotique soit-il.
L'enjeu des contributions ici réunies est plutôt d comprendre comment le système stalinien d'avant 1945 a pu s'imposer, même obtenir l'approbation, la participation et la loyauté non seulement des membres du parti, mais aussi d'une grande partie de la population.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)

  • EAN

    9782735109470

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    210 Pages

  • Longueur

    22.2 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    306 g

  • Distributeur

    Cid - Fmsh

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Irène Herrmann

Irène Herrmann est professeure associée en histoire transnationale de la Suisse à l'Université de Genève. Elle est la rédactrice romande de la Revue suisse d'histoire et co-responsable de la série Itinera. Elle est également membre des Conseils de fondation du Dictionnaire historique de la Suisse et du Musée national suisse. Elle a publié trois monographies, dirigé plusieurs ouvrages collectifs/numéros de revue et rédigé une centaine d'articles scientifiques en français, anglais, allemand et en russe.

empty