La vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1500-1571)

Traduction NADINE BLAMOUTIER  - Langue d'origine : ITALIEN

À propos

Fabuleuse destinée que celle de Benvenuto Cellini... Orfèvre et sculpteur de la Renaissance, sa renommée dépasse les frontières de l'Italie. Il cisèle, martèle, fond l'or et l'argent des grands de ce monde. Au-delà des faveurs des princes, des rivalités et cabales des cours, il reste homme libre, choisissant ses "patrons".
Mais ce sont surtout ses " Mémoires " qui le rendront célèbre. A peine publiée (et seulement en 1728), cette lita, dictée à la fin de sa vie, est devenue un classique: traduite par Goethe, elle inspira Berlioz, Lamartine et bien d'autres... Ce récit d'aventures d'un personnage qui se décrit hâbleur, impulsif, violent, jouisseur et sans scrupules se lit comme un roman de cape et d'épée sur fond de Renaissance où le héros, poursuivi pour assassinat, emprisonné par le pape, accusé de vol et de sodomie, côtoie un certain Michel-Ange et un roi nommé François I.

Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire

  • Authors

    Benvenuto Cellini

  • Traducteur

    NADINE BLAMOUTIER

  • Publisher

    Mercure De France

  • Publication date

    26/02/2009

  • Collection

    Le Temps Retrouve

  • EAN

    9782715228948

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    492 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.7 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    240 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Benvenuto Cellini

Benvenuto Cellini est né en 1500 et mort en 1571 à Florence. Apprenti dans l'atelier d'orfèvrerie de Michelangelo Brandini, il connait l'exil pendant quelques années, ce qui le mène finalement à Rome en 1522. Il reçoit alors plusieurs commandes du pape Clément VII, s'illustre par sa bravoure lors du « Sac de Rome » et finit par être emprisonné au Château Saint-Ange, après avoir assassiné un rival. Une fois sa peine purgée, il se rend à la cour de François Ier, ne produit un petit nombre d'œuvres,quoique remarquables, multiplie les intrigues jusqu'à être contraint de retourner à Florence. C'est dans sa ville natale que, neuf ans durant, il s'attelle à une statue en bronze représentant Persée tenant la tête de Méduse, qui lui vaudra l'admiration générale. Il consacre les dernières années de sa vie à écrire ses Mémoires (de 1558 à 1567) ainsi qu'un traité sur la sculpture et l'orfèvrerie. Sadernière œuvre majeure est un Crucifix en marbre blanc et noir.

empty