La tristesse durera toujours La tristesse durera toujours
La tristesse durera toujours
La tristesse durera toujours
 / 

La tristesse durera toujours

À propos

« Je ne sais rien faire, sinon répéter ce geste de Madame G. Ce geste d'inviter les enfants au restaurant. » Voilà sans doute, parmi tant d'autres, le legs le plus précieux de Madame G. au futur père maladroit qu'elle prit sous son aile quelque cinquante ans plus tôt. Tour à tour incarnation d'un désir enfantin, grand-mère élective, discrète bailleuse de fonds ou dépositaire des plus grands secrets, elle fait partie de ces gens qui traversent une existence et en deviennent à jamais les anges gardiens. Pour rendre hommage à celle dont la bibliothèque décida de son existence, Yves Charnet part à la reconquête des lieux de leur mémoire commune - La Charité-sur-Loire, Nevers, la rue de Turenne - et s'embarque dans ce « pèlerinage pour rien » qu'est l'écriture.
Entre prose et poésie, d'un coin de la mansarde qu'il habite au-dessus du monde, il distille ses pensées d'homme vainqueur et vaincu, fragile et robuste, qui se perd à mesure qu'il se trouve. Ou l'inverse.



Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782710370031

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    224 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Yves Charnet

Yves Charnet est né en 1962 à Nevers. Ancien élève à l'ENS, il est depuis 1996 professeur de culture générale à SupAéro Toulouse.
Spécialiste de la poésie moderne de Baudelaire à nos jours, il intervient régulièrement dans des colloques et des revues. Il s'est engagé depuis son premier livre, Proses du fils (1993, puis 2002 dans la collection La Petite Vermillon) dans une oeuvre autobiographique aux confins de la prose et de la poésie. Ont également paru à La Table Ronde : Rien, la vie (1994) ; Coeur furieux (1998) ; Mon amour (2001) ; Petite chambre (2005) et Lettres à Bautista (2008). En 2012, il a publié, au Diable Vauvert, Miroirs de Julien L.

empty