Une guerre noire ; enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994) Une guerre noire ; enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994)
Une guerre noire ; enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994)
Une guerre noire ; enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994)
 / 

Une guerre noire ; enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994) (IMPRESSION A LA DEMANDE)

À propos

Au printemps 1994, au Rwanda, près d'un million de personnes ont été exterminées en quelques semaines. À un rythme trois fois plus élevé que le génocide des juifs d'Europe. Comment un tel crime de masse a-t-il été rendu possible ? Quelle est la responsabilité des grandes puissances occidentales et de la France, surtout, si proche des génocidaires ? Après quatre ans d'enquête, dans les archives du monde entier, sur le terrain, auprès des militaires français, rwandais et belges, à interroger diplomates et politiques, Gabriel Périès et David Servenay tentent de répondre à ces questions. À l'aide de témoignages inédits et de documents confidentiels, ils lèvent le voile sur l'une des origines secrètes du génocide rwandais : la doctrine française de la « guerre révolutionnaire ». Des opérations clandestines menées dans le « pré carré » au moment de la décolonisation, en passant par le trouble jeu du général De Gaulle, ils établissent la généalogie de ce qui fut pendant des décennies un véritable savoir-faire de l'armée française. Formalisé pendant la guerre d'Indochine et appliqué en Algérie, il a largement inspiré les dispositifs répressifs mis en place dans un grand nombre d'États africains... dont le Rwanda des années 1960. Et ce n'est pas le fruit du hasard si l'un des meilleurs élèves africains de la « guerre révolutionnaire » perpétra, plus de trois décennies plus tard, le dernier génocide du XXe siècle : hiérarchies politico-militaires parallèles, gardes présidentielles transformées en escadrons de la mort, action psychologique, quadrillage administratif et militaire des populations formèrent un système efficace susceptible de mobiliser toute une société au service du projet exterminateur de ses dirigeants. Cette histoire inconnue éclaire d'un jour nouveau la responsabilité de l'État français dans le génocide rwandais.



Sommaire

Introduction - I / Guerre française en Afrique - 1. Une nouvelle constitution où le droit fait la force -Les trois corps de la Ve République - Un « grand commis de l'État » - L'article 16 et sa dissémination africaine - Pouvoir militaire : les continuités de l'histoire - Comment la légalité de la répression tue une république - Subversion sur les arrières lointains de la Métropole - 2. Les intellectuels de la « guerre révolutionnaire » - Le temps des hiérarchies parallèles - La « guerre révolutionnaire » devient officielle - DIT + DPU = guerre moderne - Tenir la population : renseignement, terreur et ralliements - De l'Indochine à l'Afrique en passant par l'Algérie - L'intégration belge de la « guerre révolutionnaire » - Manoeuvres conjointes au Congo belge - 3. Le règne des éminences grises - Des structures d'influence parallèles : les PLR - À l'école des Jedburgh - Une armée secrète et de traditions au service de l'État - Sous les pouvoirs exceptionnels, des dispositifs secrets - Le Gabon, un modèle du dispositif général - 4. Du coup d'État constitutionnel à la pacification : guerres révolutionnaires en Afrique - Les armées africaines ont un problème d'effectifs. - . et un problème de doctrine - L'expérience d'une crise : le Cameroun - La « guerre révolutionnaire » en pays Bassa - Action psychologique, choc et ralliement - Le rôle stratégique des médias dans l'offensive psychologique - II / Rwanda, année zéro - 5. Une Révolution à l'envers - Des « races » dans l'espace social - Deux forces « révolutionnaires » : l'Armée et l'Église - Les outils de la révolution : propagande, action et guerre psychologiques - L'élaboration militaire de la légalité -6. Divide et Impera (1959-1963) - Une nouvelle doctrine du maintien de l'ordre - Les six premiers officiers - Ethnisme ou division effective au sein de l'État ? - Un anti-communiste d'État - Première contre-guérilla belge au Rwanda - 7. Un discret génocide (1964) - Guérilla contre guérilla et rafle politique à Kigali - Autodéfense civile et disparitions forcées - La diplomatie dogmatique de l'Église - Le Président Kayibanda et la rhétorique d'une « fin totale et précipitée de la race tutsi » - 8. Les trois cercles du pouvoir (1973-1978) - Un coup d'État annoncé, de faux putschs et de vrais réfugiés - Quand les Hutu du nord veulent contrôler les Hutu du sud - Contre-révolution et Défense opérationnelle du territoire - Un encadrement administratif et policier de la population - Le MRND : une hiérarchie partisane au service de l'État militaire - III / De la doctrine à l'action - 9. Les Français au Rwanda : le retour de la doctrine de la « guerre révolutionnaire » - L'intégration de la « guerre révolutionnaire » dans le nouvel enseignement militaire supérieur rwandais - À l'école de la Gendarmerie française - Mobilisation, renseignement et protection des points sensibles - Retour doctrinal sur les hiérarchies parallèles - 10. La guerre blanche - Une si discrète entrée en guerre - Une certaine difficulté de doctrine... - Le temps des batailles rwandaises : petites et grandes manoeuvres - 11. La guerre grise - Quand la guerre s'enfonce dans la profondeur : le DAMI et les CRAP - De la « guerre totale » et « très cruelle » du général Quesnot à une guerre noire - Le temps des milices politico-militaires rwandaises et de la Garde présidentielle - 12. La guerre noire - Le temps de la « Septième Arme » - L'expérience du Bugesera - D'abord définir l'ennemi de l'État - La guerre dans la foule et le protocole du colonel Bagosora - III / Le temps des mensonges - 13. « Follow the money line.» - D'une mise au PAS de l'économie à l'économie de guerre - Le pouvoir économique : une variable d'ajustement militaire - Les grandes entreprises, bases logistiques du génocide - Des machettes sont des marchandises comme les autres - 14. Un tour de passe-passe - Dans le ciel de la nuit rwandaise - Quelques rumeurs tueuses - De bonnes et de mauvaises hypothèses - Les oublis de la mission d'information parlementaire - L'action psychologique se poursuit en France - Quand SAS le Prince Malko mène l'enquête à Kigali, il retrouve Foccart - 15. Un vrai coup d'État - Paris-Washington-Bruxelles : une vision commune de l'attentat du 6 avril - Un Etat-garnison acéphal - Milices, autodéfense, escadrons de la mort et restauration constitutionnelle - 16. La guerre sur les arrières - La colonne infernale de Jean-Baptiste Gatete - Encadrement et rôle des élites - Le rôle crucial de la militarisation de l'administration territoriale - La dissémination sur les arrières et la concentration des victimes - Les choix tactiques du FPR dans une guerre asymétrique - Déshumanisation ou résistances : les modes opératoires - Le rôle des comités de coordination de l'autodéfense civile - 17. Un monde à part - Le rôle crucial des ONG : le témoignage - « La France les accueillera naturellement » - Le mot « génocide » est prononcé par... le Vatican. Stupeur à l'Elysée. MSF enfonce le clou - Juppé : « Écoutez, tout ça est très confus » -18. Chimères - Turquoise : Balladur contre Mitterrand - « Vive la France ! Vive François Mitterrand ! » - Il faut sauver la face des génocidaires - La RTLM, une radio à ne pas neutraliser - « Ca n'avait rien à voir avec le génocide, rien... » - Conclusion - Épilogue : que sont-ils devenus ? - Les sources de l'enquête - Annexes - Notes - Index.

Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Politique internationale > Géopolitique / Géostratégie

  • EAN

    9782707149145

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    414 Pages

  • Longueur

    24.1 cm

  • Largeur

    15.6 cm

  • Épaisseur

    2.9 cm

  • Poids

    513 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty