Et ils mirent Dieu à la retraite Et ils mirent Dieu à la retraite
Et ils mirent Dieu à la retraite Et ils mirent Dieu à la retraite
 / 

Et ils mirent Dieu à la retraite

À propos

Entre le XVI siècle et le début du XXI , la place, l'écriture, le statut et la réception de l'histoire n'ont cessé d'évoluer, pour aboutir aux formes que nous lui connaissons aujourd'hui. Didier Le Fur montre ainsi que, après la Renaissance, l'explication du passé et de l'histoire du monde par les églises chrétiennes décline, en même temps que naît l'idéologie du "progrès", qui donnera ensuite naissance à la "science" de l'histoire actuelle.
Particulièrement original, porté par un historien capable d'interroger sa pratique comme sa matière, ce formidable texte permet de sortir du débat sclérosant opposant "roman national" et "histoire mondiale", débat dont on peut questionner l'intérêt, puisque les deux notions portent un discours militant et sont francocentrés (malgré l'apparent paradoxe pour la seconde école). Et l'auteur de conclure qu'en réalité l'écriture de l'histoire en France, à l'image de ces deux courants, est toujours largement influencée par l'imaginaire chrétien, ce qu'il serait peut-être intéressant de questionner.

Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences humaines & sociales

Categories : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782379330032

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    270 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Didier Le Fur

Historien, Didier Le Fur est l'un des meilleurs spécialistes des XVe et XVIe siècles français, sur lesquels il a publié La France en 1500, ainsi que Marignan 1515. Auteur de biographies remarquées - Louis XII, Charles VIII, Henri II -, son travail sur François Ier, aboutissement de quinze années de réflexion, a été unanimement acclamé par la critique.

empty