Alcools
 / 

Résumé

L'édition du centenaire d'Apollinaire Les premiers lecteurs d'Alcools (1913), qui faillit s'intituler Eau-de-vie, furent déconcertés par l'enivrante variété, la liberté et les facettes discordantes de ce recueil exempt de ponctuation, contemporain de l'invention du cubisme et qui s'achève par cette supplication : « Hommes de l'avenir souvenez-vous de moi. » Vers libres ou quatrains réguliers, longues ballades et brèves complaintes, érudition et trivialité, fantaisie et gravité, vieilles légendes et modernisme s'y entrechoquent dans un chaos simultanéiste. En témoignent surtout « Zone », « Cortège » et « Vendémiaire », qui signent l'entrée de la poésie dans le siècle des villes et des machines. Alcools n'en est pas moins dominé par une intense mélancolie, que traduisent les vers célèbres du « Pont Mirabeau », de « La Chanson du mal-aimé » ou encore de « À la Santé ». Deux brefs recueils complètent ce volume : Le Bestiaire, ou Cortège d'Orphée (1911) et Vitam impendere amori (1917), qui peut se traduire par « consacrer sa vie à l'amour ».

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782377351855

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    16 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    140 g

  • Distributeur

    Interforum

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Rayon(s) : Littérature générale > Poésie

empty