Orgasme à Moscou

Traduit de l'ALLEMAND par JORG STICKAN

About

Après le succès américain du
Nazi et le barbier, le cinéaste Otto Preminger commande
un synopsis à Hilsenrath, qui écrit en six jours
Orgasme à Moscou. Dans cette réécriture
déjantée d'OSS 117, l'auteur de
Fuck America abandonne toute limite et se livre à une
mémorable surenchère burlesque.
Une parodie de roman d'espionnage écrite en réponse à une commande d'Otto Preminger.
Guerre froide, 1970. La fille du patron de la mafia new yorkaise, Anna Maria Pepperoni, connaît son premier orgasme lors d'un voyage de presse à Moscou. Le responsable ? Sergueï Mandelbaum, fils de rabbin et dissident juif fauché doté d'une étonnante propension à susciter des orgasmes. La mafia met tout en oeuvre pour le faire venir aux États-Unis afin d'épouser Anna Maria, mais le passeur qu'elle a recruté est un dangereux dépeceur sexuel. Les obstacles, et pas seulement diplomatiques, s'accumulent...
Après le succès américain du Nazi et le barbier, le cinéaste Otto Preminger commande
un synopsis à Hilsenrath, qui écrit en six jours Orgasme à Moscou. Dans cette réécriture
déjantée d'OSS 117, l'auteur de Fuck America abandonne toute limite et se livre à une
mémorable surenchère burlesque. Truffé de références à la situation politique de l'époque, le livre, dénué de (presque) tout sérieux, est un divertissement électrique sur fond de guerre froide. À côté de toute une mafia de pacotille, le livre met aussi en scène Brejnev, Nixon, Moshe Dayan et le président du conseil italien, obsédé sexuel (déjà !)


Categories : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Authors

    Edgar Hilsenrath

  • Traducteur

    JORG STICKAN

  • Publisher

    Le Tripode

  • Distributeur

    Interforum

  • Publication date

    20/04/2017

  • Collection

    Meteores

  • EAN

    9782370551245

  • Availablity

    Available

  • Nombre de pages

    316 Pages

  • Height

    17.6 cm

  • Width

    12.5 cm

  • Thickness

    2.4 cm

  • Poids

    240 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Edgar Hilsenrath

Edgar Hilsenrath naît en 1926 dans une famille de commerçants juifs. Il grandit à Halle. À l'avènement du nazisme en janvier 1933, la situation familiale change : brimades à l'école, confiscation des biens... Le père cherche vainement à obtenir un visa pour les États-Unis. En effet, depuis 1920, il existe dans ce pays un système de quotas limitant l'entrée des immigrants européens. Avant « la nuit du pogrom du Reich » en 1938, il s'enfuit avec son jeune frère et sa mère chez ses grands-parents à Siret en Bucovine, Roumanie. Le père a tout d'abord l'intention de les rejoindre, ce que la déclaration de guerre rend impossible ; il gagne la France où il reste pendant toute la guerre. En 1941, Edgar Hilsenrath, son frère et sa mère, ainsi que tous les camarades et leurs parents de Sereth, sont déportés dans le ghetto roumain de Mogilev-Podolsk, qui se trouve aujourd'hui en Ukraine. Lorsque le ghetto est libéré en mars 1944 par les troupes russes, Hilsenrath se rend à pied à Sereth et, de là, gagne Tchernivtsi. Avec l'aide de l'organisation de Ben Gourion, Hilsenrath, ainsi que de nombreux juifs survivants, tous munis de sauf-conduits étrangers, gagne la Palestine. Pendant le voyage, aussi bien qu'en Palestine même, il lui arrive souvent de se retrouver en prison, mais, chaque fois, il recouvre peu après la liberté. En Palestine, il vit de petits jobs, mais, ne se sentant pas chez lui, se résout en 1947 à rejoindre en France sa famille, qui s'y était dans l'intervalle retrouvée réunie.

Au début des années cinquante, la famille entière émigre à New York. Là, Edgar Hilsenrath subvient à ses besoins à l'aide de petits boulots tout en écrivant son premier roman, Nuit, dont la première publication rencontre de sérieuses difficultés, car la direction de la maison d'édition, effrayée par la crudité du texte, retire le livre de la vente peu de temps après sa parution (voir la note sur la critique acerbe de Raddaz, rubrique « Littérature »). Le roman suivant, Le Nazi et le Barbier, qui a fait connaître Hilsenrath en tant qu'écrivain aussi bien en Allemagne que dans le monde entier, est conçu pendant un long séjour à Munich.

En 1975, Edgar Hilsenrath revient définitivement en Allemagne afin de s'immerger dans la langue allemande. Il s'installe à Berlin où il réside longuement. Il décède le 30 décembre 2018 à l'hôpital de Wittlich des suites d'une pneumonie.

empty