Fenêtre sur cour d'Alfred Hitchcock : sortir du cadre
 / 

Fenêtre sur cour d'Alfred Hitchcock : sortir du cadre

À propos

Quand il présente Fenêtre sur cour en 1954, Alfred Hitchcock jouit d'une popularité croissante, bien que la critique peine encore à le prendre au sérieux. Le film est tourné en un lieu unique, un défi séduisant pour le réalisateur qui confirme son inventivité en matière de mise en scène, de montage et d'utilisation de la musique. L'intrigue, quant à elle, offre une dimension subversive évidente : le spectateur se trouve dans la position du héros-voyeur, et tous deux sont déçus quand ils pensent qu'il n'y a pas eu meurtre ; en finissant par assouvir leurs désirs macabres, Hitchcock joue ainsi avec leurs sentiments. Il contourne également la censure, l'épilogue n'étant qu'une façade, au même titre que les murs en briques des immeubles du décor. Comme la caméra qui dépasse le cadre strict de la fenêtre de l'appartement de Jeff dès la scène d'ouverture, cet essai se propose d'étudier ce classique à la lumière des autres réalisations du cinéaste, afin de montrer combien Fenêtre sur cour peut être envisagé comme une synthèse de son oeuvre, périodes anglaise et américaine confondues.

Customer reviews

General opinion

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Categories : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma > Essais / Réflexions / Ecrits sur le cinéma

  • EAN

    9782364413474

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    108 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    92 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Julie Michot

Maître de Conférences à l'Université du Littoral-Côte d'Opale, Julie Michotest spécialiste du cinéma hollywoodien classique. Elle a notamment co-dirigé plusieurs volumes d'actes de colloques chez Shaker Verlag et aux Éditions Universitaires de Dijon, et est l'auteur d'une monographie publiée en 2017 aux Presses Universitaires de Reims : Billy Wilder et la musique d'écran : filmer l'invisible.

empty