Obsolescence des ruines

À propos

Il serait difficile de nier que les ruines occupent une place de plus en plus grande dans l'imaginaire de notre temps. Nous ne parlons pas ici des ruines antiques et gothiques, mais de l'espace délabré des villes contemporaines, comprenant les usines désaffectées, les gares abandonnées, tous les lieux oubliés de la modernité. L'aura noire d'une ville comme Detroit, Pompéi actuelle de la désindustrialisation, nimbe chaque bâtiment délaissé du monde. Elle est devenue en quelque temps la Mecque de l'exploration urbaine, dont le Detroit's Michigan Theater transformé en parking représente le cube de la Kaaba autour duquel tournoient les nouveaux pèlerins du Hajj de la dévastation urbaine. La ruine industrielle appartient encore pour une grande part au culte classique du monument effondré. Elle en rejoue la grandeur passée, l'évocation nostalgique de la civilisation fragile et mortelle. Dans les colonnes d'un temple ruiné ou dans les usines en friche, ce sont encore les beaux restes d'un Empire que l'on loue. Nous sommes entrés dans le troisième âge de la ruine. Après le temps des ruines antiques, puis celui ces ruines modernes, voici l'ère de la ruine instantanée, de la ruine du présent lui-même qui, née de l'urgence et vaincue par elle, ne dure plus, mais s'efface au moment même de son édification.



Sección : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782360840199

  • Disponibilité

    Disponible

  • Páginas

    196 Pages

  • Longueur

    22.4 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Peso

    496 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Bruce Bégout

Philosophe
et écrivain français, il est maître de conférences
à l'université de Bordeaux. Il a publié
plusieurs ouvrages philosophiques, quatre
essais aux éditions Allia (Zéropolis : L'expérience
de Las Vegas, 2002 ; Lieu commun : Le motel américain,
2003 ; La Découverte du quotidien : Éléments
pour une phénoménologie du monde de la vie, 2005 ;
De la décence ordinaire, 2008), mais aussi un «
documentaire fiction » à la manière de certains
cinéastes tiré de son roman L'Éblouissement des
bords de route (Éditions Verticales,
2004).

empty