L'occident, les indigènes et nous

À propos

À partir des années 1980, une idée s'est peu à peu imposée :
Le clivage politique fondamental ne serait pas de nature idéologique - opposant le capitalisme au socialisme - mais civilisationnel. Cette conception, formulée notamment par Samuel Huntington, divise le champ politique entre d'un côté les promoteurs d'une vision sécularisée des rapports entre les hommes et les sociétés - « l'occident » -, et de l'autre les défenseurs d'une vision religieuse ou « indigène » des normes à suivre en la matière. Or si les appareils conceptuels produits par l'occident ont conduit à l'accroissement de la domination de l'homme sur la nature, ils ont également fourni leurs soubassements aux entreprises - notamment coloniales - de domination de l'homme sur l'homme. Ce constat conduit de nombreux mouvements, « post- » ou « décoloniaux », à faire de la pratique indigène la figure principale de l'opposition à la logique du capitalisme, selon une démarche qui considère que c'est le recours aux outils de la rationalité occidentale qui perpétue inéluctablement l'aliénation et la servitude.



Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique française > Grands enjeux du débat actuel

  • EAN

    9782354802042

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    3.8 cm

  • Poids

    670 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty