L'art et l'argent L'art et l'argent
L'art et l'argent
L'art et l'argent
 / 

L'art et l'argent

À propos

L'art et l'argent : l'association semble aller de soi, tant il est devenu difficile, voire impossible, de ne pas immédiatement parler d'argent lorsqu'on parle de l'art d'aujourd'hui, dit contemporain. La singularité de ce petit ouvrage vient du fait qu'il donne à entendre des acteurs divers qui ont tous travaillé à faire entendre une voix propre - philosophes, historienne de l'art, écrivain, mais aussi anciens étudiants en école d'art ou encore directeur d'une école d'art municipale. La question de l'art et celle de ses rapports avec l'argent appartient à tout le monde : c'est un problème public, comme entendait l'affirmer Jean- Pierre Cometti, qui est à l'origine du projet. L'ouvrage revient donc sur ce lien obligé, afin de comprendre depuis quand, comment et sous quelles formes, la « valeur » argent a transformé nos façons de faire de l'art, de le regarder et d'en parler.
En introduction, Jean-Pierre Cometti revient sur la manière dont, historiquement, les noces de l'art et de l'argent accomplissent, sur le plan économique et culturel, l'abolition de l'ontologie qui, dans la vision moderniste de l'art et de la culture, faisaient obstacle à la circulation libre et décomplexée des flux monétaires. Sylvie Coëllier explore ensuite plus spécifiquement la question de la spéculation dans l'art contemporain mondialisé. Jovan Mrvaljevic explique que la position des artistes au sein du système actuel de l'art institutionnalisé est prise entre une déprofessionnalisation des pratiques artistiques et une professionnalisation du monde de l'art. Dans ce contexte d'apparence paradoxale, les positions alternatives et critiques sont incorporées à la logique néolibérale et à l'image démocratique que le monde de l'art donne de lui-même - un point développé par Claire Bishop, dans une contribution particulièrement éclairante sur la « collusion » entre la performance comme forme d'art et la performance comme injonction dans un monde du travail « dérégulé ». Olivier Quintyn, reprenant à nouveaux frais la notion de « valeur somptuaire », interroge quant à lui l'écart existant, dans le monde de l'art, entre une oligarchie aux commandes et des artistes réduits pour la plupart à la précarité. À ces textes théoriques succèdent deux témoignages, l'un d'étudiants en écoles d'art, l'autre du directeur d'une école municipale de province dédiée aux pratiques amateurs, qui permettent concrètement de saisir en quoi, aujourd'hui, l'enseignement de l'art est profondément bouleversé par de nouvelles règles et de nouveaux modes de management. Enfin, Nathalie Quintane repère dans les « éléments de langage » du tout-venant médiatique qui parle d'art la fin d'une certaine critique d'art et le passage à un journalisme de relais, en phase avec le tournant mécénal de l'époque que nous vivons.

Categories : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

  • EAN

    9782354801540

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    216 Pages

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    182 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty