Signac, la fin du commencement

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Signac, la fin du commencement

Disciple de Seurat, premier des peintres néo-impressionniste après la disparition du fondateur, Paul Signac est le peintre de l'eau, de la lumière, de la sérénité. C'est aussi, en 1895, le peintre du « Temps d 'Anarchie » auquel il donne ce titre tandis qu'explosent les bombes des attentats, tableau qu'il baptisera ensuite « Au Temps d'Harmonie ». Cette grande toile qui orne depuis 1938 la mairie de Montreuil (Seine- Saint-Denis) fut peinte dans l'enthousiasme, avec une science raffinée des couleurs et de la composition, en s'inspirant des théories de John Ruskin. Après ce splendide coup d'essai, plus rien. Signac abandonne les grandes compositions. Il abandonne les sujets politiques ou sociaux, alors que ses convictions restent les mêmes. Comment expliquer la mutation brutale de l'oeuvre qui se composera désormais de paysages Merveilleux de Saint-Tropez et d'autres ports, sans ambition apparente d'éducation du regard à laquelle Signac tenait tant ? Le tableau annonce cette mutation, ses couleurs plus éclatantes, sa technique moins systématique, l'enthousiasme pour la nature que l'on y sent, en font une oeuvre aussi impressionniste que néo-impressionniste. Entre l'optimisme utopiste de 1895 et la réalité tragique de l'affaire Dreyfus, l'oeuvre résume admirablement les courants d'idées et l'état d'esprit d'une époque d'espoirs illimités.

  • EAN 9782354040451
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 32 Pages
  • Longueur 30 cm

Rayon(s) : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

Broché
empty