La trace du serpent La trace du serpent
La trace du serpent
La trace du serpent
 / 

La trace du serpent (préface Isabelle Viéville Degeorges)

Traduction CHARLES-BERNARD DEROSNE  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

Le jeune Richard Marwood est injustement accusé du meurtre de son oncle et se retrouve condamné à un enfermement à vie dans l'asile d'aliénés du comté. Au bout de huit ans, il s'échappe afin de retrouver les vrais coupables.
Son chemin va croiser celui de Jabez North, orphelin et manipulateur voué au crime, que rien ne semble pouvoir arrêter ; Valerie de Cevennes, une riche héritière tombé dans son piège diabolique ; et Mr Peters, un détective muet qui traduit ses brillants raisonnements dans le langage des signes...
Intrigues familiales, morts suspectes, vengeance et injustice, meurtres sordides, intrigue machiavélique... Dans la plus pure tradition du roman à sensation, Sur la trace du serpent mêle habilement rebondissements, éléments mélodramatiques et une bonne dose d'ironie à la Dickens.



Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782352873457

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    598 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    3.3 cm

  • Poids

    338 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Mary Elizabeth Braddon

Mary Elizabeth Braddon (1835-1915) est née à Londres. Fille d'un avocat, elle choisit d'abord d'être actrice tout en contribuant à divers périodiques. Puis elle publie sous la forme de feuilletons les deux romans qui l'ont rendue célèbre : Le Secret de Lady Audley (1862) et Aurora Floyd (1863). Auteur de quelque 80 romans, elle a dominé – avec Wilkie Collins – le roman « sensationnel » de la période victorienne. Elle est aussi la créatrice du populaire Belgravia Magazine (1866), où elle publie des récits de voyages, de la poésie et des romans. Sa popularité est due à d'ingénieuses constructions narratives qui lui ont valu l'admiration de Robert Stevenson et Henry James, et ont fait dire à William Thackeray : « Si j'étais capable d'inventer des intrigues comme Miss Braddon, je serais le plus grand écrivain anglais. » Sur les traces du serpent (1860), son premier roman, fut un succès de librairie.

empty