Voir et entendre ; critique de la perception imaginative Voir et entendre ; critique de la perception imaginative
Voir et entendre ; critique de la perception imaginative Voir et entendre ; critique de la perception imaginative
 / 

Voir et entendre ; critique de la perception imaginative (préface Clément Rosset)

À propos

Cet ouvrage est dans la continuité de la réflexion de Santiago Espinosa, qui étend ses vues sur la musique à l'art en général, et qui aborde des sujets plus vastes comme la science physique (l'auteur fait observer que les scientifiques contemporains adoptent la perspective critiquée dès lors qu'ils cherchent à faire une « image de l'univers »). À cette perspective, Espinosa oppose la perception auditive, plus prompte à saisir le mouvement et le changement, non susceptible par surcroît d'en faire une image ou même une « chose ». Il fait remarquer l'intérêt de certains philosophes pour l'intuition du silence de l'interprétation, aucune chose ne pouvant être le signe (ou l'image) d'une autre, n'étant que ce qu'elle est, ou plutôt devient. Il revient enfin à la mise en rapport de la perspective imaginative et les affections de l'angoisse, la mélancolie et la nausée afin de montrer que ces dernières relèvent parfois de l'illusion que les choses semblent, dans la mesure où elles sont prises pour des images, se répéter sans cesse. Pour l'ouïe, sensible à la singularité de ce qui passe, tout ce qui arrive est en revanche d'une surprenante nouveauté, ce qui, pour l'affirmateur de la réalité, peut se révéler être aussi une source de joie.

Sommaire

Prélude I. Homo videns 1. La vue, sens par excellence 2. Impressions et images 3. L'image, l'idée et le langage 4. Mirages du moi 5. L'impression et le simulacre 6. Visions de rien 7. Du réel imagé au réel sonore Épilogue II. Homo audiens 1. L'oreille, organe de la crainte 2. Sens, tonalité et discours 3. D'une écoute qui voudrait voir : Hegel, Heidegger et la poésie 4. L'écoute musicale 5. Intelligence et intuition 6. Écoutes du singulier 7. Écoute et répétition 8. La langue musicale de L.-F. Céline Da capo. Orfeo ed Euridice III. Philosophie et allégresse : le clair et l'obscur 1. Le paradoxe de la joie 2. L'objet clair et l'objet obscur 3. Angoisse, étrangeté et nausée 4. L'objet du langage et le monde Conclusion Appendice. La science physique ou l'image impossible du réel

Categories : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie contemporaine

  • EAN

    9782350881010

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    22.5 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    310 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Santiago Espinosa

Santiago Espinosa, né en 1978 à Mexico, est docteur et professeur en philosophie.ÿSon mémoire de master (publié chez L'Harmattan en 2007) porte sur la philosophie de la musique chez Schopenhauer : L'ouïe de Schopenhauer.ÿMusique et réalité). Inspiré par la philosophie de Clément Rosset, il écrit une thèse sur la musique où il défend, dans un premier temps, l'idée que la musique n'exprime qu'elle-même, c'està- dire des rapports musicaux suscitant des émotions proprement musicales. Il tire de cette analyse la conclusion que la musique et « le réel » - ou ce qui existe - ont ceci en commun qu'ils ne sont que ce qu'ils sont, qu'ils n'ont aucune espèce de signification (ils sont « tautologiques »), et que l'affirmation inconditionnelle de leur insignifiance essentielle est, paradoxalement, source de joie de vivre (au sens nietzschéen, « tragique »). Cette première partie a été publiée chez Encre Marine en 2013 - L'inexpressif musical - et a été vivement saluée par la presse.

empty