Le Roi du Congo
 / 

Le Roi du Congo

Résumé

1948. Le détective michel van loo, qui n'a jamais quitté bruxelles, est brutalement transplanté au congo belge. cerné par des coloniaux qui se méfient d'un flic venu de bruxelles, des indigènes travaillés par les premiers mouvements de libération et des espions soviétiques qui lorgnent l'uranium du katanga, michel van loo se sent seul. c'est sans compter sur le renfort inattendu de trois affreux nains, d'une shampouineuse futée et d'une bande de pieds nickelés congolais, qui vont l'aider à affronter le mystérieux roi du congo - héros national ou agent communiste ? - dont l'ombre menaçante plane sur le katanga. Après périls en ce royaume, on retrouve michel van loo dans un roman qui mêle exotisme et humour ravageur. et offre une radiographie décapante d'une colonie au bord de l'implosion en pleine guerre froide. peu de romans ont traité de l'épopée coloniale belge. celui-ci est un régal.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782350850665

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    390 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    418 g

  • Distributeur

    Sodis

Categories : Policier & Thriller > Policier

Alain Berenboom

Alain Berenboom est né en 1947 à Bruxelles d'un père, pharmacien, venu de Pologne et d'une mère originaire de Vilno. Ce Bruxellois "pure souche" est réputé à la fois comme écrivain belge et comme une autorité internationale en matière de droit d'auteur.ÿCinéphile impénitent autant que lecteur passionné et éclectique, Alain Berenboom doit sans doute à "Laurel et Hardy" son sens aigu du burlesque, à Tintin une curiosité précoce pour le monde, et à Raymond Chandler la capacité de s'indigner avec ironie et une apparente légèreté.ÿ“Berenboom règle ses comptes à l'humanité. C'est un tir nourri comme à la foire, (il) casse la baraque. C'est Tom Sharpe en visite chez les humanistes. On en sort plié en deux et vaguement inquiet sur la nature humaine”, a écrit D. de Saint-Vincent dans Le Quotidien de Paris.

empty