À propos

À Vichy, début mars 2019, dans le cadre du Festival Portrait(s), Frédéric Stucin photographie des sportifs. C´est le thème de sa résidence, il a pris rendez-vous en avance, depuis Paris, avec des volleyeuses, des basketteurs, des nageurs. Le Coronavirus arrive avant lui. Plane le spectre du confinement prochain. On ferme les gymnases. On annule les matchs. On interdit les regroupements. Alors, le photographe imagine. Que serait le sport s´il était clandestin? Si, à l´inverse de cette activité positive, bonne pour la santé, le moral, la cohésion sociale, il devenait illicite, comme il l´est en cette période où tout est inversé? Le sport subversif, caché? Il y aurait l´inquiétude et le danger que la clandestinité implique, bien sûr, mais aussi une autre forme de jouissance, celle de la transgression, du plaisir dérobé. Inspiré par ces images, l´écrivain Didier Daeninckx, auteur de romans consacrés par le public et la critique, a inventé une nouvelle, concentré de suspense et de joyeuse



Categories : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie > Biographies / Monographies

  • EAN

    9782350465036

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    60 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    25 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    458 g

  • Distributeur

    Pollen

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Frédéric Stucin

Frédéric Stucin est photographe depuis 2002. Spécialisé dans les portraits de personnalités ou d'anonymes, notamment pour la presse, où il publie également des reportages, il mène en parallèle un travail artistique personnel. Lauréates du prix Eurazéo 2020, ses photographies ont fait l'objet de plusieurs expositions, les plus récentes à la Villa Pérochon à Niort, au festival Portrait(s) de Vichy, au Hangar Photo Art Center de Bruxelles.

Didier Daeninckx

Didier Daeninckx est né en 1949 à Saint-Denis. De 1966 à 1982, il travaille comme imprimeur, animateur culturel, puis journaliste dans plusieurs publications. Depuis Meurtres pour mémoire, il a écrit une quarantaine de livres - dont La mort n'oublie personne, Métropolice, Zapping ou Cannibale - qui sont tous des chefs-d'oeuvre.

Découvrez une sélection de pages intérieures 1
empty