Comment l'Empire romain s'est effondré ; le climat, les maladies et la chute de Rome

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Comment l'Empire romain s'est effondré ; le climat, les maladies et la chute de Rome

Traduction PHILIPPE PIGNARRE  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Comment Rome est-elle passée d'un million d'habitants à vingt mille, soit à peine un tiers du Colisée ? À Constantinople, qu'est-ce qui a permis que 70% de la population succombe à la peste bubonique ? On ne peut plus désormais dépeindre l'histoire de la chute de Rome en faisant comme si l'environnement était resté stable pendant tout le temps de l'Empire. Grâce à des techniques comme l'étude des sédiments, des carottes de glace, des cernes des arbres, de l'ADN prélevé dans les dents et les ossements humains, on peut désormais réexaminer des périodes clés de l'histoire du monde en redonnant aux changements naturels le rôle qui a été le leur. On apprend ainsi que l'Empire romain tardif a été le moment d'un changement décisif : la fin de l'Optimum climatique romain qui, plus humide, avait été une bénédiction pour toute la région méditerranéenne. Les changements climatiques ne sont jamais sans conséquence. Ils favorisent l'évolution des germes, comme dans le cas de Yersinis pestis, le bacille de la peste bubonique. Mais les Romains ont été aussi les complices de la mise en place d'une écologie des maladies qui ont assuré leur perte. Les bains publics étaient de véritables bouillons de culture ; les égouts stagnaient sous les villes ; les multiples greniers à blé étaient une bénédiction pour les rats. Les routes commerciales qui reliaient tout l'Empire ont permis la propagation des épidémies de la mer Caspienne au mur d'Hadrien à une vitesse jusque-là inconnue. Le temps des pandémies était arrivé.

  • EAN 9782348037146
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 542 Pages
  • Longueur 24 cm
  • Largeur 15 cm
  • Épaisseur 4 cm
  • Poids 695 g
  • Distributeur Interforum
Broché
empty