Deux étrangers

À propos

Après sept ans de rupture avec son père, Elise pensait avoir conjuré les influences délétères de l'empire du tyran domestique qui régna sans partage sur son enfance et son adolescence. Mais sa réapparition la cueille dans un moment de vulnérabilité absolue, alors que la petite tribu qu'elle s'était amoureusement constituée dans un élan de rébellion et d'affirmation acharnée de sa différence - un homme en tous points contraire à la figure paternelle et deux garçons pleins de vie - vacille, menacée d'effondrement. Par sa faute, sa très atavique faute.
Aurait-elle aussi instantanément répondu à l'appel - à la convocation - d'un simple coup de fil ("Maman, il y a quelqu'un pour toi au téléphone" lui dit son fils qui ne connait pas son grand-père en lui passant le téléphone) si Simon n'était pas en train de la quitter ? Là n'est qu'une des questions qui assaillent Elise en rafale tandis qu'au volant de la vieille et poussive R5 vert-bouteille-intérieur-vert-absinthe de sa mère, elle prend la route de Marrakech sur fond de compilation vintage des années 1980 et de flashs infos commentant un Printemps arabe qui doucement déjà dégénère.
Improbable et dérisoire épopée que ce road trip presque in utero qui flirte avec la bande d'arrêt d'urgence, aux vertus magiques plus ou moins consciemment espérées : ce voyage saura-t-il abolir la distance qui sépare Elise de son père qui, à coups d'humiliations collatérales et de vilains souvenirs, de "petites" trahisons et de déceptions profondes, sont devenus Deux étrangers ? Elise trouvera-t-elle dans ce trajet le chemin entre la petite fille blessée et l'adulte qu'elle ne sait pas encore être face à son père ; la générosité de rendre à cet homme les prérogatives de sa propre enfance anéantie par l'Histoire et quelques balles perdues ; le courage et la clairvoyance qu'il faut pour, au mépris de sa propre douleur, faire le pas de côté pour voir enfin l'autre au-delà de ses défections. Et que faire de l'ironique concomitance de l'actualité brûlante et faussement étrangère ? Qu'apprendre de la redécouverte des origines quand tout jusqu'à l'étymologie des mots semble concorder pour affirmer la toute-puissance du destin et l'indéniable, l'intégrale, la viscérale transmission de l'héritage ?
Portrait d'une famille prise dans les glaces de souffrances jamais apprivoisées, trop longtemps tues, Deux étrangers est le roman d'une séparation (entre l'enfant et l'adulte qui cohabitent tant bien que mal en chacun de nous) et de retrouvailles impossibles et néanmoins essentielles (entre une fille et son père, mais aussi entre deux générations séparées par le couperet de l'Histoire). Un voyage dans le temps au rythme indomptable, tout en syncopes et ellipses, des souvenirs et des émotions, éclairé par un humour ravageur, une lucidité sans appel et un inextinguible désir de justice.



Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782330014100

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Longueur

    21.7 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    260 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Emilie Frèche

Emilie Frèche a rejoint les éditions Actes Sud en 2010 avec son cinquième roman, Chouquette. Auparavant, elle avait publié Les Vies denses (Ramsay, 2001), Une femme normale (Ramsay, 2002), Le Sourire de l'ange (Ramsay, 2004), Le Film de Jacky Cukier (Anne Carrière, 2006).
Ainsi que de deux documents autour de la mort d'Ilan Halimi : La Mort d'un pote (Panama, 2006) et, en 2009, 24 jours : la vérité sur la mort d'Ilan Halimi, avec Ruth Halimi (Seuil, 2011).
Elle est aussi l'auteur de deux livres pour la jeunesse : Un jour qui n'existe pas (Actes Sud Junior, 2012) et Un petit garçon tout lisse (Actes Sud Junior, 2013), ainsi que d'une histoire brève, Les Collectionneurs, publiée aux Éditions du Moteur (maison qu'elle a créée en 2010) et en cours d'adaptation au cinéma par Récifilms.

empty