Mort collective. pour une sociologie ... Mort collective. pour une sociologie ...
Mort collective. pour une sociologie ...
Mort collective. pour une sociologie ...
 / 

Mort collective. pour une sociologie ...

À propos

Ce que la mort a de monumental, d'inattendu et de collectif, tel est le sujet de cet ouvrage. Il aborde les morts collectives à travers un regard sociologique, la question centrale étant : la mort d'un collectif d'hommes, outre les traitements habituels, ne suscite-t-elle pas des réactions et pratiques spécifiques en lien avec le caractère collectif de ces morts ? De ce point de vue, cette mort serait collective parce qu'elle génère un traitement original différent des décès « ordinaires ».
Cette recherche se construit sur un corpus d'une vingtaine d'accidents majeurs ayant eu lieu sur le territoire français au XXe siècle. Le plus ancien est celui de l'incendie du Bazar de la Charité en 1897, les plus meurtriers ceux des mines de Courrières en 1906 et de la rupture du barrage de Malpasset en 1959, le plus récent celui de l'incendie du tunnel du Mont-Blanc en 1999. Y sont étudiées les dangerosités sociales, les réactions émotionnelles, les ritualisations du deuil et la construction d'une mémoire collective.

Aujourd'hui les morts collectives ne s'expliquent plus par une vengeance divine ou une Nature furieuse, c'est la responsabilité humaine qui est en question. Se pose alors le problème quasi insoluble d'une responsabilité collective de l'homme, très complexe en terme de droit. En découle l'idée d'un passage impossible, d'où aussi la nécessité d'une sur-ritualisation et d'un oubli récurrent.

Gaëlle Clavandier est maître de conférence en sociologie à l'Université Jean Monnet, Saint-Étienne. Elle est chercheur au Crésal (Universite Saint-Étienne, Lyon II / CNRS) et chercheur associé au Centre de Sociologie des Représentations et des Pratiques Culturelles (Université Grenoble II).



Sommaire

Chapitre 1 : La catastrophe, un espace de ruptures et d'espérances

1. La violence du drame
2. Spatialisation et temporalité du drame


Chapitre 2 : Faire face à l'urgence

1. Intégrer la catastrophe dans un langage
2. La nécessaire victoire de la vie


Chapitre 3 : Un traitement spéci.que de la mort

1. Des morts pas comme les autres
2. Un rituel très organisé : la constitution du collectif des victimes


Chapitre 4 : De la construction d'une mémoire à la nécessité d'un oubli

1. Le processus commémoratif
2. Une mémoire evenementielle


Chapitre 5 : Un fait social contemporain

1. Des accidents de la route à l'épidémie du sida, qu'est-ce qu'une mort
collective oe
2. La responsabilité comme critère d'analyse décisif


Chapitre 6 : Quant l'événement se fait résistant

1. Un retour à la normale dif.cile : un passage impossible
2. La nécessité de recours


Conclusion : Entre modernité et archaïsme

Categories : Sciences humaines & sociales > Ethnologie

  • EAN

    9782271062611

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    255 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    17 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    450 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty