Des bastringues, des fanfares

À propos

"Elle était toute jeune comme on l'était, Giorgio et moi. Plein de foutre et d'illusions sur l'amour. Le partage. La fidélité. L'éternité et les rafistolages. On finit toujours par s'en détacher. Oubliés et les serments d'amour qu'on a crachés sous les portes cochères et le reste. On devient alors manchots et cons, ça aussi, c'est dans notre nature. On n'est pas faits pour les serments. On est jamais capables de les tenir. jamais foutus de les respecter. Ils nous échappent sans cesse. On se réinvente jamais. On se contente juste de faire d'autres serments qui effacent les précédents. On n'a pas le coeur assez puissant, aventureux ou distingué. Les yeux pas souvent ouverts. Ça doit être à cause de la merde qui nous colle aux paupières. La merde et les illusions." Un matin de printemps dans les années soixante. Une église. Un enterrement. Un jeune type de vingt ans. Un suicide. Ça commence par la mort, ses tourments. Ça finit par l'amour, la vie, ses délices, ses bastringues, ses fanfares. La photographie en noir et blanc d'une époque à jamais disparue.



Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782268060668

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    221 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Poids

    296 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Robert Piccamiglio

Robert Piccamiglio a déjà publié une quarantaine de livres parmi lesquels La Station-Service, Chroniques des années d'usine, La Valse dans le noir et, aux Editions du Rocher, Bergame (2004) et Tous les orchestres (2005).

empty