Le cuisinier Le cuisinier
Le cuisinier
Le cuisinier
 / 

Le cuisinier

Traduction OLIVIER MANNONI  - Langue d'origine : ALLEMAND

À propos

C'est l'un de ces hommes que l'on remarque à peine dans les restaurants à la
mode : Maravan, jeune réfugié tamoul à la belle allure, taille les légumes et
nettoie les poêles au Huwyler, un restaurant suisse ``nouvelle cuisine''
fréquenté par tout le beau monde de la presse et des finances. Maravan n'est
pourtant pas une simple petite main : dans son pays, le Sri Lanka, il était un
jeune cuisinier prometteur et inspiré, spécialiste des préparations
ayurvédiques. Devenu en Suisse un bon connaisseur de la cuisine moléculaire, il
tente, chez lui, des expériences sophistiquées pour retrouver les fumets de sa
jeunesse... Et c'est l'emprunt d'un précieux instrument de cuisine qui lui
coûtera sa place au Huwyler. Maravan enchaîne alors les petits boulots jusqu'à
ce qu'Andrea, la belle et mystérieuse serveuse du Huwyler, lui propose de
mettre leurs talents en commun. Puisqu'il a su la séduire avec sa cuisine
ayurvédique, elle qui n'aime que les femmes, pourquoi ne pas organiser ensemble
des Love Foods aphrodisiaques à domicile pour une clientèle en mal de flammes
amoureuses ? La petite entreprise des deux amis prospère, attirant d'abord les
clients d'un cabinet de sexologie conjugale, puis ceux d'une agence d'escorte
pour hommes d'affaires de passage. Maravan met sous le coude ses rêves de
grande cuisine, Andrea compte les bénéfices et savoure les nuits passées avec
la belle Makeda, jusqu'au jour où, comme toujours chez Martin Suter, tous les
fils du récit convergent pour former un mélange explosif. Maravan, l'oncle d'un
très jeune combattant des Tigres tamoul, découvre ainsi que ses talents
culinaires ont favorisé la conclusion d'un trafic d'armes dont le bénéficiaire
est le gouvernement sri-lankais, qui massacre les siens. Et lorsqu'il décide,
écoeuré, de tout arrêter, il découvre que la vengeance est peut-être au bout de
la toque... Martin Suter est né à Zurich en 1948. Après avoir été publicitaire
à Bâle, il multiplie les reportages pour Géo, il est devenu scénariste pour le
cinéaste Daniel Schmidt et a écrit des comédies pour la télévision. Depuis 1991
il se consacre à l'écriture de romans qui sont devenus de véritables best-
sellers. Il vit entre la Suisse, l'Espagne et le Guatemala. Small World a
obtenu le prix du Premier Roman dans la catégorie «romans étrangers». Il sera
prochainement adapté au cinéma avec Gérard Depardieu et Nathalie Baye. Un ami
parfait a été adapté au cinéma en 2006, sous le même titre, par Francis Girod
et deux autres de ses romans sont en cours d'adaptation. Martin Suter a
également contribué au dernier album de son compatriote le musicien Stefan
Eicher, pour qui il a écrit les textes de trois chansons sur Eldorado (2007).
Martin Suter brosse ici une savoureuse galerie de portraits, parfois méchants,
parfois empreints d'une profonde tendresse, de l'homme d'affaires suisse sans
scrupules à la jeune Tamoule en rupture de famille et de traditions. Il nous
fait pénétrer des milieux méconnus, celui de l'émigration tamoule en Europe, de
la haute cuisine moléculaire et des marchands d'armes, nous fait découvrir les
secrets de la médecine ayurvédique et nous entraîne dans des histoires d'amour
touchantes et fragiles, dont la pureté et la force font oublier toute la
noirceur du monde. Que devrait-on préparer quand on fait la cuisine pour la
première fois à une femme ou à un homme ? Il vaudrait mieux que ça ne soit pas
bon ; sans ça, si les choses deviennent sérieuses, on devient le cuisinier de
la famille pour le restant de ses jours. Les grandes négociations se font
pendant les repas d'affaires. La première rencontre d'un couple se déroule en
général autour d'un repas. Pourquoi le repas est-il aussi important ? C'est un
bon prétexte pour se retrouver, ceux qui invitent peuvent impressionner les
invités, manger et boire détendent. Et quand on manque d'inspiration, on peut
toujours se glisser quelque chose dans la bouche. Comment avez-vous découvert
la cuisine ayurvédique et moléculaire, qui joue un grand rôle dans votre roman
Le Cuisinier ? Je voulais que mon cuisinier puisse, avec son art, érotiser ses
clients. L'une des huit disciplines de la cuisine ayurvédique est le
vajikaranam, ce qui signifie à peu près « aphrodisiaque ». Dans la cuisine
ayurvédique, il existe par conséquent beaucoup de recettes aphrodisiaques. Que
Maravan les prépare avec les techniques de la cuisine moléculaire rend le tout
un peu spectaculaire. Et puis cela ajoute à la crédibilité du récit : c'est une
explication plausible à la rapidité et à l'efficacité avec lesquelles agissent
les recettes. Comment le personnage de Maravan vous est-il venu à l'esprit ?
Pourquoi un Tamoul ? Ce fut l'un de ces moments merveilleux qui se produisent
parfois lorsqu'on conçoit une histoire : toutes les pièces du puzzle se
retrouvent tout d'un coup à leur place. Mon chef devait être un paria, forcé de
pratiquer et de développer son art dans la clandestinité. En cuisine, les
parias, ce sont les auxiliaires de cuisine. En Suisse, la plupart des
auxiliaires de cuisine sont des demandeurs d'asile tamouls. Et les citadelles
de la cuisine ayurvédique sont l'Inde du Sud et le Sri Lanka. Existe-t-il des
parallèles entre la cuisine et l'écriture ? Dans les deux cas, on transforme
des produits bruts en produits finis. Il y a là quelque chose de très
satisfaisant. Propos recueillis par Silke Lambeck et Jan Sidney (magazine du
Diogenes Verlag), traduits par Olivier Mannoni. « Le cuisinier commence comme
un délicieux et acerbe roman social parfumé de senteurs exotiques. Au fil du
récit, le moraliste caché déploie les mailles de son filet narratif avec une
élégance emprunte d'une telle nonchalance qu'en un rebondissement, aussi
surprenant que brillant, le noeud coulant semble se refermer de lui-même. »
(Süddeutsche Zeitung) « Quel dommage qu'on ne puisse pas manger les livres. Le
cuisinier serait un des premiers à fondre dans la bouche... Martin Suter mêle
habilement la crise financière, la guerre civile et l'art culinaire dans un
roman captivant. L'ensemble laisse un puissant goût ; et les recettes sont
inclues ! » (Brigitte) PAGE 1



Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782267020939

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    343 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    300 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Martin Suter

Martin Suter est né à Zurich en 1948. Après avoir été publicitaire à Bâle, il multiplie les reportages pour Géo. Il devient ensuite scénariste pour le cinéaste Daniel Schmidt et écrit des comédies pour la télévision. Il a également contribué au dernier album de son compatriote le musicien Stefan Eicher, pour qui il a écrit les textes de trois chansons sur Eldorado (2007) et travaillé au projet d'une comédie musicale. Depuis 1991, il se consacre à l'écriture de romans. Small World, prix du Premier roman dans la catégorie « Romans étrangers », a été adapté au cinéma par Bruno Chiche en 2011. Martin Suter vit en Suisse.

empty