Renaître chaque jour Renaître chaque jour
Renaître chaque jour Renaître chaque jour
 / 

Renaître chaque jour (préface Isabelle Clerc)

À propos

Jiddu rishnamurti, professeur d'origine indienne, (1895-1986) a tenu, sa vie durant, d'innombrables conférences à travers le monde. Engageant le dialogue avec des leaders religieux, des scientifiques, des auteurs, des professeurs et des psychologues, il a toujours prôné la mise en doute de toute parole émanant d'une autorité. Dans ses enseignements, Jiddu Krishnamurti montre que le grand secret du bonheur et de la liberté est de pouvoir simplement « renaître chaque jour » - ne pas rester prisonnier du passé, des conditionnements, de ce que la société nous impose... Mais comment apprendre à se donner la vie ? Et faire face alors à tous les défis du quotidien ? Jiddu Krishnamurti nous démontre, de manière très concrète, qu'il est possible de vivre autrement.

Categories : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophies non occidentales

  • EAN

    9782266270168

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    236 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.9 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    126 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Jiddu Krishnamurti

Né en Inde en 1895, Jiddu Krishnamurti fut très jeune pris en charge par la Société théosophique, qui voyait en lui le futur « Instructeur du monde » dont elle avait proclamé la venue. Mais, progressivement, Krishnamurti fit preuve d'une indépendance d'esprit qui le conduisit en 1929 à se détacher de tout ordre religieux. Il apparut alors comme un penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable. Jusqu'à sa mort, en 1986, il rejeta obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Ses entretiens et dialogues, son journal et ses lettres ont été rassemblés en plus de soixante volumes. Isabelle Clerc, auteur et journaliste, est l'auteure de Krishnamurti, figure de la liberté (Points Seuil, 2011).

empty