Histoire de la Roumanie
Histoire de la Roumanie
 / 

Histoire de la Roumanie

À propos

L'actuelle Roumanie correspond à la Dacie, province romaine érigée par l'empereur Trajan en 107 pour protéger la frontière du Danube contre la pression barbare. Ce n'est qu'au cours du Moyen Age qu'émergent les trois grands provinces de la Roumanie à la destinée contrastée, les principautés (voïévodats) de Valachie et Moldavie, la Transylvanie. Les deux premières, fondées à la fin du XIIIe siècle, acquièrent une autonomie relative grâce à leur rôle de tampon entre la Hongrie et le vaste Empire mongol de la Horde d'Or. Elles connaissent leur apogée dans la deuxième moitié du XVe siècle, avec le long règne d'Étienne le Grand en Moldavie ett un essor architectural religieux sans précédent. Après la chute de Constantinople en 1453, les voïévodats tombent sous domination turque et subissent une dure occupation jusqu'au début du XIXe siècle. Le XIXe siècle, marqué par la naissance d'un sentiment national, voit s'exacerber la rivalité entre la France et la Russie pour le contrôle des principautés. Si le mouvement libéral et national de 1848 est écrasé par le tsar allié au Sultan, Napoléon III obtient par le traité de Paris de 1856 que la Moldavie et la Valachie se choisissent un souverain unique, Alexandre Cuza. Trois ans plus tard, la Roumanie naissait comme Etat autonome, son indépendance internationale étant reconnue au Congrès de Berlin de 1878. Ne restait plus qu'à intégrer la Transylvanie à cet ensemble en 1918, le pays étant ainsi récompensé par les Alliés pour être entré en guerre à leurs côtés. Cette unité nationale et géographique si chèrement acquise vole en éclat pendant la Seconde Guerre mondiale. Au terme du pacte Ribentrop-Molotov, le pays est en effet démantelé entre la Hongrie et l'Union soviétique. En 1945, parce qu'elle s'était alliée aux forces de l'Axe, la Roumanie perd une partie de son territoire, la Bessarabie, mais récupère la Transylvanie et tombe sous le joug de Staline qui lui impose un des régimes communistes les plus durs du bloc soviétique. En 1974, Nicolae Ceausescu s'empare du pouvoir et, en jouant la carte nationaliste et pro occidentale, donne l'impression de vouloir se démarquer de Moscou, avant que son régime ne sombre dans le pire des néo-stalinismes. Il est renversé et exécuté en 1989. Depuis, les sociaux-démocrates, ex-communistes, et les libéraux nationalistes se succèdent au gouvernement.

Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de l'Europe

  • EAN

    9782262024321

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    435 Pages

  • Longueur

    24.1 cm

  • Largeur

    15.7 cm

  • Épaisseur

    3.7 cm

  • Poids

    685 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty