Varouna Varouna
Varouna Varouna
 / 

( Aucun avis )

À propos

« j'ai étendu l'action de mon livre sur un espace de mille ans, et j'ai supposé que deux êtres spirituellement unis par une attirance invincible se retrouvent d'époque en époque, se reconnaissent et s'aiment », écrit julien green.
Varouna, c'est le dieu védique, le ciel nocturne qui guette le coupable. mais l'homme n'est pas isolé, et la destinée ne s'accomplit qu'au cours d'une longue chaîne ininterrompue qui passe de main en main à travers les siècles. entre hoël, le jeune garçon naufrageur des premiers temps du pays de galles, à l'affût des épaves et de l'amour, hélène, la jolie française qui vit au xvie siècle, à l'époque des guerres de religion, et jeanne, la romancière dont le bonheur se lève juste à l'aube de la grande guerre, court cette chaîne « couverte de terre et de sang » dont seul l'amour peut rompre les anneaux...

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782253082736

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    341 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Poids

    172 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Julien Green

Né à Paris, le 6 septembre 1900.
Parents américains établis en France depuis 1893. Fait ses études au lycée Janson de Sailly.
En 1917 s'engage dans le Service des ambulances américaines, puis en 1918 est détaché dans l'artillerie française. Démobilisé en mars 1919. Se rend pour la première fois en Amérique en septembre 1919 et achève ses études universitaires à l'Université de Virginie, où il écrit son premier livre en anglais.
De retour à Paris en 1922, commence à écrire en français et publie son premier ouvrage en 1924 (Pamphlet contre les catholiques de France) sous le pseudonyme Théophile Delaporte. A Baltimore et à New York en 1940. Mobilisé en 1942, est à l'OWI la Voix de l'Amérique. Obtient le Prix Harper pour Memories of happy days en 1942. Revient à Paris en 1945. En 1950, élu à l'Académie de Bavière, puis à celles de Mayence, de Mannheim et à l'Académie royale de Belgique. En 1951, obtient le prix littéraire Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre. En 1966, grand prix national des Lettres. En 1970, grand prix de Littérature de l'Académie française. Élu à l'Académie des États-Unis en 1972. Prix des universités alémaniques, 1973. Grand prix de littérature de Pologne, 1988. Prix Cavour, grand prix de littérature, 1991 (Italie). Prix du théâtre, Universités de Bologne et de Forli.
Élu à l'Académie française, le 3 juin 1971, au fauteuil de François Mauriac et fut reçu le 16 novembre 1972 par Pierre Gaxotte. Il se déclare démissionnaire en 1996, mais son fauteuil ne sera remplacé qu'après son décès.
Mort le 13 août 1998.


Customer reviews

empty