Faut-il comprendre la poésie ? Faut-il comprendre la poésie ?
Faut-il comprendre la poésie ? Faut-il comprendre la poésie ?
 / 

Faut-il comprendre la poésie ?

À propos

La poésie suscite toujours deux réactions contradictoires : alors que d'un côté on dénonce volontiers son hermétisme et son élitisme, de l'autre, on révère ses pouvoirs émotionnels et on la croit même parente de quelque vérité. Ambiguïté qui traverse nos relations avec tout le domaine de la création contemporaine, partagé entre les postulations divergentes de la consommation et de la contemplation, de la culture et du culturel. Par son inquiétante étrangeté, son poids de non-sens, son odeur animale, son pouvoir de défiguration, le poème prend acte du bruissement du monde, le travaille et le recycle en un silence particulier. Pour être prêt à une telle écoute, qui requiert notre désir face à la langue, il ne suffit pas de se demander comment comprendre la poésie. Les problèmes de méthode et de compétence, les théories liées au déchiffrement viennent après cette autre question, qu'on pose rarement, mais dont pourtant tout dépend : faut-il comprendre la poésie ?

Categories : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782252034859

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    240 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Christian Doumet

Christian Doumet est professeur de littérature française à l'Université Paris-VIII et directeur de programme au Collège international de philosophie. Il a publié des livres de poèmes, des essais sur la musique et sur la poésie, dont Faut-il comprendre la poésie ? (Klincksieck, 2004), un roman, La méthode Flamming (Fayard, 2001) et des récits en prose, dont Le Japon vu de dos (Fata Morgana, 2007) et Feu à volonté (Fata Morgana, 2008). Trois huttes est à paraître en septembre 2010 chez Fata Morgana.

empty