Vie de ma voisine Vie de ma voisine
Vie de ma voisine Vie de ma voisine
 / 

À propos

Ça commence comme une nouvelle d'Alice Munro : lors d'un déménagement, une romancière est abordée par sa voisine du dessus qui l'a reconnue, et l'invite chez elle pour parler de Charlotte Delbo.
Ça continue comme un récit d'Isaac Babel. Car les parents de Jenny, la voisine née en 1925, étaient des Juifs polonais membres du Bund, immigrés en France un an avant sa naissance.
Mais c'est bien un livre  de Geneviève Brisac, un « roman vrai » en forme de traversée du siècle : la vie à Paris dans les années 30, la Révolution trahie à Moscou, l'Occupation Jenny et son frère  livrés à eux-mêmes après la Rafle du Vel' d'Hiv,  la déportation des parents, la peur, la faim, les humiliations, et l'histoire d' une merveilleuse amitié... Le roman d'apprentissage d'une jeune institutrice douée d'une indomptable vitalité, que ni les deuils ni les tragédies  ne parviendront à affaiblir.
Ça se termine à Moscou en 1992, dans la salle du tribunal où Staline fit condamner à mort les chefs  de la révolution d'Octobre, par la rencontre improbable mais réelle entre des « zeks » rescapés du Goulag et une délégation de survivants des camps nazis.
A l'écoute de Jenny, Geneviève Brisac rend justice aux héros de notre temps, à celles et ceux qui, dans l'ombre, ont su garder vivant le goût de la fraternité et de l'utopie.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782246858454

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    18.8 cm

  • Largeur

    11.8 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    174 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Geneviève Brisac

Écrivain, éditrice, journaliste, Geneviève Brisac est notamment l'auteur de Week-end de chasse à la mère (prix Femina 1996) et de Une année avec mon père (2010). Elle a consacré deux essais à la littérature anglo-saxonne, Loin du paradis et La Double Vie de Virginia Woolf.

empty