à la recherche du temps perdu t.6 ; Albertine disparue (IMPRESSION A LA DEMANDE)

À propos

C'est au cours de l'été et de l'automne 1922 que Marcel Proust apporta des modifications décisives au manuscrit d'Albertine disparue. Personne, à ce jour, ne pouvait cependant en mesurer l'importance, car ce texte s'était, croyait-on, à jamais perdu. Il a fallu qu'un providentiel concours de circonstances permette d'en découvrir une version dans l'héritage de Madame Mante-Proust, et c'est ce texte qui est ici publié. Les proustiens y apprendront, avec émotion, que Proust lui-même souhaitait que la dernière version de son Albertine disparue fût plus brève, plus dense que celle dont on disposait jusqu'à présent. Par quelques retouches, ajouts, retraits, il infléchissait le sens du livre en y injectant ces "atomes de vérité" qui, à eux seuls, accroissent la rigueur d'une composition dont la splendeur prend ainsi son profil définitif. En 1925, son frère, le chirurgien Robert Proust, n'avait pas voulu éditer cette "vraie" Albertine disparue. De cette prudence, compréhensible dans le contexte d'alors, il était temps de s'émanciper et de livrer, enfin, à une avide postérité, l'ultime forme d'un chef-d'oeuvre.

Cette édition d'Albertine disparue a été établie par Nathalie Mauriac, arrière-petite-fille de Robert Proust, avec la collaboration d'Etienne Wolff.



Categories : Littérature générale > Œuvres classiques > Période moderne (< 1799)

  • EAN

    9782246397311

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Poids

    298 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains.
Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.
Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty