La question irakienne
La question irakienne
 / 

La question irakienne

À propos

Du pétrole et de l'eau en abondance, une démographie équilibrée : l'ancienne Mésopotamie avait tous les atouts pour devenir un pays riche et moderne.
Alors pourquoi l'Irak connaît-il tant de tragédies depuis plus de vingt ans oe L'actualité fait oublier qu'avant l'occupation du Koweït et la seconde guerre du Golfe, Bagdad et Téhéran s'étaient livrés pendant huit longues années un combat sans merci qui mit le pays au bord de la banqueroute.
Saddam Hussein est-il le seul responsable ? À force de le diaboliser, on perd de vue qu'il est le produit d'un système politique mis en place en 1920 par la communauté internationale, au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Son irrésistible ascension a commencé en 1968. Il s'est imposé comme le maître absolu au lendemain du triomphe de la révolution islamique en Iran.
Mais comment a-t-il réussi à accaparer le pouvoir ?
Comment le régime a-t-il pu tenir si longtemps en ne s'appuyant que sur un clan oe Avec la troisième guerre du Golfe, le pays du Tigre et de l'Euphrate a été l'épicentre d'un séisme qui a bouleversé la communauté internationale : la chute du régime de Saddam Hussein et l'occupation américaine ont instauré une donne radicalement nouvelle.
Ce livre nous donne les clefs pour comprendre l'origine des conflits actuels de l'Irak.

Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique dans le monde

  • EAN

    9782213619491

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    475 Pages

  • Poids

    769 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Pierre-Jean Luizard

Pierre-Jean Luizard, historien est chercheur au CNRS, spécialiste de l'Irak, du Proche
Orient et du Moyen-Orient. Il est membre du Groupe de sociologie des religions et
de la laïcité (GSRL) à Paris. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont La Question
irakienne (2004) et Le Piège Daech. L'État islamique ou le retour de l'histoire
(2015).

empty