Les 7 vies de l’épervier - deuxième époque T.1 ; la folle et l'assassin
 / 

Les 7 vies de l’épervier - deuxième époque T.1 ; la folle et l'assassin

(Scénariste), (Coloriste)

À propos

Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, vient avec ses amis se fournir en filles dans un sinistre asile de folles. La mère supérieure les leur prête à condition qu'ils ne les abîment pas, car elles resserviront. . .

C'est là qu'on retrouve Ariane, l'âme dévastée, mutique, enceinte de Germain depuis bientôt neuf mois. Personne ne sait qui elle est, mais Gaston d'Orléans la reconnaît et l'emmène : il tient à savoir ce qu'est devenu Masquerouge, bizarrement disparu en même temps qu'elle.

Entre deux interrogatoires, Ariane accouche d'une petite fille qu'on lui enlève aussitôt pour l'abandonner dans la forêt. Mais un certain Lenclos passe par là, qui, justement, n'a jamais déclaré la mort de sa petite Ninon. . .
/>
Ayant échappé à ses bourreaux, Ariane retourne à Paris, où elle apprend que le Condor qui l'a "tuée" sans le savoir était l'Epervier de son enfance - et son père. Elle retrouve aussi Taillefer, devenu tueur à gages pour le compte de Gaston d'Orléans. Au lieu de la tuer, il la prend sous son aile.

Liés par une même obsession, "la folle" et "l'assassin" partent ensemble vers les Amériques retrouver l'Epervier : Ariane pour lui pardonner et Taillefer pour se mesurer à lui, enfin.

Voilà comment débute cette nouvelle série, où l'on retrouve tout ce qui fit le succès des Sept Vies de l'Epervier.. Cothias, scénariste aussi fou que prolifique, maîtrise parfaitement l'entrelacs hasardeux de l'Histoire et de l'imaginaire, avec une drôlerie bien charnelle et une fibre tragique à vous coller le frisson. Juillard met toute sa sensibilité à restituer, dans une ambiance fascinante de vérité, la palette infinie des vertiges humains : désespoirs, solitudes, sauvageries barbares, sensualités, humour, amour.

Categories : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Histoire

  • EAN

    9782205072488

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    56 Pages

  • Longueur

    32 cm

  • Largeur

    24.1 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

Infos supplémentaires : Relié  

Patrick Cothias

Né le 31 décembre 1948 à Paris, Patrick Cothias se retrouve en première année de Philo à la fac de Nanterre en 1968. En 1969, il se fait réformer du service militaire pour incompatibilité caractérielle et interrompt sauvagement ses études pour consacrer deux ans à faire le tour du monde en stop, avec 3 francs six sous en poche. En 1970, il vend ses premiers textes dans le Journal de Téhéran, du temps du Shah botté.En 1972, de retour au « pays », il fait la connaissance des jeunes Régis Loisel, Serge Letendre, Max Cabane, Michel Rouge, Fabien Lacaf, etc. Il hésite encore entre la plume et le pinceau. A défaut de pouvoir s'entendre avec les « néo-anarchistes » de la jeune presse pseudo-contestataire qu'il juge trop « caca-boudin » (il a déjà donné), il publie ses premiers travaux de bd dans les revues du groupe Fleurus (Gazoline, pour Pierre Guilmard) ainsi qu'aux Editions Vaillant où il devient, sans le vouloir, le faire-valoir de Jean Richard : ce dernier étant censé raconter, en son nom propre, de courtes histoires animalières. En 1975, toujours dans "Pif-Gadget", Cothias écrit la série Les Sandberg avec Alfonso Font. Il scénarise aussi un grand nombre d'épisodes de Sylvio le Grillon pour Philippe Luguy. Il se prête au "Journal de Mickey" pour gérer quelques aventures des neveux de Donald et de l'Oncle Picsou.Parallèlement, il fait une très courte intrusion dans "Pilote" avec son désormais grand ami Loisel, et dans "Métal Hurlant", tout seul, comme une bête. Toujours avec Loisel, il participe aux Nocturnes et co-signe les scénarios de Norbert le Lézard, pour les éditons Kesselring.Très accessoirement, à l'occasion d'un concours, il obtient le Grand prix Nicolas Goujon du meilleur dessinateur.En 1980, il crée Masquerouge pour Juillard, qu'il vient enfin de rencontrer, puis pour Marco Venanzi. Après une collaboration avec "Okapi" (Snark Saga puis Trafic pour Philippe Sternis (Grand prix jeunesse du festival d'Angoulême 86), Force 9 pour Billon, avec la participation de Jean-Claude Forest). Il publie chez Dargaud Orn Coeur de Chien pour Olivier Taffin.En 1981, il entre aux éditions Glénat où il multiplie les séries, notamment Les Sept Vies de l'Epervier pour Juillard, Le Vent des Dieux et Les Eaux de Mortelune pour Philippe Adamov.Dans les années 2000, il se fait plus discret dans le domaine du scénario BD, sans pour autant renier ses premières amours. Ainsi, dés 2006, chez Bamboo, il entreprend de publier Le Sceau de l'Ange avec André Le Bras. En réalité, depuis le début du troisième millénaire Patrick Cothias s'est engagé résolument dans l'écriture à quatre mains de quelques gros romans, en collaboration avec Patrice Ordas. Ces titre voient le jour dans les gondoles des libraires, à commencer par Mortelune (2 volumes simultanés), aux Editions Anne Carrière, en novembre 2009.

André Juillard

(né en 1948. Nationalité française) Après avoir suivi des cours aux Arts Décoratifs de Paris, Juillard entre aux éditions Fleurus en 1974 et commence sa carrière de dessinateur en 1975 avec un western, La Longue Piste de Loup Gris. A partir de cette date, Juillard va enchaîner diverses productions pour Formule 1, Djin, Okapi ou Fripounet telles que Isabelle Fantouri et Les Cathares avec Convard entre 1976 et 1980, ou Bohémond de Saint Gilles en 1976. En 1980, avec Cothias, il entreprend la série qui lui apporte du crédit aux yeux du public : Masquerouge. Puis en 1982, il débute la série Les Sept Vies de l'Epervier qui se situe chronologiquement avant Masquerouge. En 1993, il scénarise et anime Le Cahier Bleu et revient en 1995 avec Plume aux vents, la suite des Sept Vies de l'Epervier. En 1997, il retrouve Convard pour une série d'albums mettant en scène divers personnages de BD : Le Dernier Chapitre, et publie en 1998 dans la revue Bodoï Après la Pluie. Grand Prix d'Angoulême en 1996 et auteur de nombreux ouvrages indépendants comme 75013 Paris, Juillard fait partie des meilleurs dessinateurs réalistes et nombreux sont ceux qui se sont inspirés de son style. Dans l'histoire de la bande dessinée, il y a un avant et un après Juillard.

Découvrez une sélection de pages intérieures 1 2 3 4
empty