Louisette t.11 ; l'ordi cagette

À propos

C'est la crise dans la presse des sous-bois ! L'Écho des forêts, le journal artisanal des terriers, a cessé de paraître pour cause de déprime de son rédacteur en chef, le Furet. En chemin pour aller l'aider, Louisette, les lapins et leurs amis sont troublés par leur rencontre avec l'écureuil, qui ne jure plus que par les nouvelles technologies et son drôle de réseau social : des ordinateurs bricolés avec des miroirs et des bouts de ficelle, qui fonctionnent comme un périscope... Louisette n'est pas convaincue. Mais quand elle découvrira que le Furet a été enlevé par un redoutable prédateur, elle se résoudra pour le sauver à utiliser les merveilles de la technologie moderne... pour finalement constater que c'est au bon vieux téléphone arabe que les petits animaux des sousbois devront leur salut. CQFD.



Categories : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Tout public

  • EAN

    9782203080089

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    36 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    18 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    248 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Bruno Heitz

  • Naissance : 10-1-1957
  • Age : 64 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Bruno Heitz est auteur-illustrateur d'albums et de bandes dessinées.
À l'âge de dix-huit ans, il prend son vélo pour aller vivre en Italie mais s'arrête de pédaler dans le Vaucluse. Depuis, avec talent et succès, il y écrit, illustre, grave le linoléum, colle des papiers, construit des objets en bois qu'il photographie... Des dizaines de livres pour la jeunesse, dans des genres et des maisons variés.
Au Seuil Jeunesse il a réécrit et illustré Le Loup et les sept chevreaux et Les Trois petits cochons dans la collection "Mes petits dioramas". Il a également signé Les Lapins savent compter, et a illustré Les Musiciens de Brême dans la collection "Petits Contes du tapis" et La Mélodie de Mélodie (2011).

empty