Entretiens

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Alain Veinstein rencontre Sam Szafran de 2008 à 2011. Alain Veinstein souhaite entendre l'artiste sur son amitié avec Alberto Giacometti. Mais très vite, celui qui refuse toutes les interviews, se confie. Szafran parle de son enfance, de son « expérience juive », qui appelle, selon lui, le retrait et la solitude, puis de la peinture qui sauve ce jeune enfant coupable d'avoir survécu par miracle à la guerre. Jean Clair dit de son oeuvre que « c'est l'une des plus secrètes et les plus poétiques de ce temps ». Ecorché vif, artiste du vertige, Sam Szafran se livre ici pour la première fois. Entretiens avec Sam Szafran est l'unique témoignage de cet artiste des ateliers, des imprimeries, des escaliers ou des plantes, qui aux fusains noirs et luisants à mêlées les poudres colorées des pastels. On y croise Yves Klein, Alberto et Diego Giacometti ou Henri Cartier-Bresson et la peinture. Un cahier hors texte en couleur permet de mieux apprécier l'oeuvre de l'artiste.

  • EAN 9782081292970
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 199 Pages
  • Longueur 24 cm
  • Largeur 15 cm

Rayon(s) : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

Alain Veinstein

Alain Veinstein a commencé par publier des poèmes. il a reçu le prix Mallarmé pour son dernier livre, Tout se passe comme si (2002), et le Grand Prix de poésie de l'Académie française, en 2003, pour l'ensemble de son oeuvre. La partition est son quatrième roman. Homme de radio, il a créé en 1978 l'émission Nuits magnétiques sur France Culture où il présente, depuis 1985, Du jour au lendemain, et produit Surpris par la nuit.

Sam Szafran

Né à Paris en 1934, Sam Szafran est fils d'immigrants juifs polonais. Ses parents habitent le quartier des Halles, à Paris, où il passe son enfance. Quand vient la guerre, il se cache d'abord à la campagne, puis se réfugie en Suisse. Presque toute sa famille périra dans les camps. Après avoir passé quatre ans en Australie, il revient à Paris en 1951.ÿSzafran aborde sa carrière de peintre sous le signe de l'abstraction à l'académie de la Grande Chaumière en et rencontre dans cette période des personnalités de l'aprèsguerre comme Yves Klein, Django Reinhardt, Jean-Paul Riopelle et Joan Mitchell, Henri Cartier-Bresson, Alberto et Diego Giacometti...ÿDes expositions importantes lui ont été consacrées, notamment à la fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, au musée de la vie romantique à Paris, au musée Max Ernst de Brühl.

empty