Le Téléviathan

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

 / 

Le 12 mars dernier, Alexandre Lacroix s'est rendu dans un studio de France 2, en qualité d'invité, pour participer au débat qui suivait la diffusion du désormais célèbre « Le jeu de la mort » produit par Christophe Nick. Dès les premières minutes de l'émission, le présentateur, Christophe Hondelatte, a fait subir un brutal interrogatoire à l'un de ses invités pour finalement déballer sa vie privée et asséner : « Vous êtes un homosexuel ! » Quand son tour de parole est arrivé, Alexandre Lacroix s'est dit choqué par cette violation de vie privée, dont la brutalité n'était pas sans rappeler le sujet même du débat. Réponse de Christophe Hondelatte à son invité : « Dégage ! ». Puis l'animateur se lève, fait le tour de la table : « Viens ! On va s'expliquer, toi et moi, dans ma loge, face à face, sors ! » La tentative d'intimidation a duré 20 minutes. Alexandre Lacroix a tenu bon et l'émission a repris dans le chaos et la confusion. Mais la tribune qu'il a publiée le lendemain dans Libération a été le point de départ d'une campagne de diffamation et de pressions rocambolesques. Partant de cette anecdote, ce pamphlet nous éclaire sur le fonctionnement de la télévision et livre une critique radicale du pouvoir insensé qu'elle a pris dans nos vies et dans la société contemporaine. Et si la télé était devenue le premier pouvoir, le Téléviathan ?

  • EAN 9782081245457
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 117 Pages
  • Longueur 20 cm
  • Largeur 13 cm

Rayon(s) : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Témoignages

Alexandre Lacroix

  • Naissance : 1-1-1975
  • Age : 44 ans

Né en 1975, Alexandre Lacroix est rédacteur en chef de Philosophie magazine depuis 2005 et Professeur de littérature à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Essayiste et romancier, sa dernière parution, L'Orfelin (Flammarion, 2012), vient clore une trilogie commencée avec De la supériorité des femmes (Flammarion, 2008) et Quand j'étais nietzschéen (Flammarion, 2009).

empty