Adieu Bogota Adieu Bogota
Adieu Bogota Adieu Bogota
 / 

À propos

Paris, années 50. Marie travaille en France dans une maison de retraite. D'origine antillaise, elle s'est liée d'amitié avec Jeanne, une dame âgée dont elle s'occupe avec douceur et humanité et qui lui raconte sa vie. Avant de mourir, sa vieille amie l'incite à écrire sa propre histoire. Fidèle à sa promesse, Marie entreprend alors le récit de son existence. Et le roman s'ouvre sur le grand large. Née à l'aube du XXe siècle, la jeune Mariotte quitte la Martinique après l'éruption de la montagne Pelée qui a détruit la ville de Saint-Pierre, en 1902. Son errance la conduit d'abord en Guyane, où elle s'éprend, dans des conditions rocambolesques, d'un ancien bagnard reconverti dans l'orpaillage et sur le point de quitter le pays. Il entraînera Mariotte avec lui, à New York, puis en Colombie, jusqu'à Bogotá, où il l'abandonnera. Livrée à elle-même, la jeune femme puisera dans sa vitalité faite de colère, de courage et de joie de vivre pour dire adieu à Bogota, se tourner vers un autre homme, et un autre continent. Rappelant l'oeuvre et les personnages de García Márquez, ce personnage qui arpente le monde et le temps ressemble aussi à André Schwarz-Bart : mêlé au monde et toujours en décalage, présent et en même temps ailleurs, étranger. Simone Schwarz-Bart a publié, seule ou avec son mari André, des romans et du théâtre. Depuis la disparition d'André Schwarz-Bart, en 2006, elle a repris et achevé le cycle des romans antillais commencé à quatre mains avec Un plat de porc aux bananes vertes (Seuil, 1964) : L'Ancêtre en Solitude (Seuil, 2015) et aujourd'hui Adieu Bogota.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782021315851

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    264 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    298 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

André Schwarz-Bart

Né en 1928, André Schwarz-Bart entre en résistance en 1943. La déportation de ses parents et de deux de ses frères pendant la Seconde guerre mondiale constitue l'évènement traumatique qui le conduit à l'écriture et à la publication de son premier roman, "Le Dernier des Justes", chef-d'œuvre couronné du prix Goncourt en 1959. Engagé contre toute forme de colonisation, André Schwarz-Bart poursuit son projet littéraire aux côtés de son épouse, l'écrivaine antillaise Simone Schwarz-Bart, et publie avec elle, en 1967, un second roman "Un plat de porc aux bananes vertes" prélude du cycle de "La Mulâtresse Solitude" paru en 1972 (Le Seuil). Simone Schwarz-Bart poursuivra ce cycle avec la publication de "L'ancêtre en solitude" (Le Seuil, 2015) et "Adieu Bogota" (à paraître en 2017), écrits à quatre mains. Ils signent également ensemble "Encyclopédie Hommage à la Femme Noire" (éditions consulaires 1989). "L'étoile du matin" paraît en 2010, à titre posthume.

empty